Le navire d'une ONG avec 310 migrants à bord autorisé à naviguer vers l'Espagne

L'Espagne a autorisé samedi le navire d'une ONG, transportant plus de 310 migrants, à rejoindre ses eaux après que l'Italie et Malte eurent refusé de le recevoir.

"En raison du refus ou de l'absence de réponse des ports les plus proches", les gardes-côtes espagnols "ont autorisé (le navire) à faire mouvement vers les eaux territoriales espagnoles", a indiqué le gouvernement espagnol dans un communiqué.

Les 311 migrants secourus vendredi en Méditerranée par l'ONG espagnole Proactiva Open Arms, dont des femmes, des enfants et des bébés, devraient toutefois passer Noël en mer, le trajet devant prendre au moins cinq à six jours, selon une porte-parole de l'association.

La Libye, la France et la Tunisie n'ont pas répondu à une demande de l'ONG de débarquer les migrants après la fin de non-recevoir opposée par l'Italie, a indiqué Madrid.

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini, patron de la Ligue (extrême droite), a indiqué que l'ONG Proactiva Open Arms avait demandé l'autorisation de débarquer les migrants après une réponse négative de Malte.

"Ma réponse est claire: les ports italiens sont fermés!" a tweeté M. Salvini. "Pour les trafiquants d'êtres humains et pour ceux qui les aident, la fête est terminée".

Si Malte a refusé l'accès du navire, une femme et un bébé, né sur une plage libyenne trois jours plus tôt, ont été autorisés à gagner le territoire et y ont été acheminés dans un hélicoptère des gardes-côtes, selon l'ONG.

Les autorités maltaises ont confirmé cette information, précisant qu'il s'agissait d'une femme de 23 ans.

La porte-parole de l'ONG Laura Lanuza a déclaré à l'AFP que le bateau se dirigeait à présent vers Algésiras près de Gibraltar. La durée du trajet dépendra des conditions météorologiques, mais il devrait prendre "cinq à six jours", a-t-elle dit.

Le bateau de l'ONG Astral se dirige à partir de Badalona près de Barcelone en direction de l'Open Arms avec du ravitaillement en nourriture, a ajouté Mme Lanuza.

Proactiva Open Arms avait annoncé vendredi avoir secouru près de 300 migrants au large de la Libye, dont des femmes enceintes, qui se trouvaient à bord de trois embarcations.

L'ONG espagnole a posté en ligne une vidéo de certains des migrants secourus "d'une mort certaine en mer". "Si vous pouviez aussi ressentir le froid, il serait plus facile de comprendre l'urgence. Aucun port pour débarquer, et refus de Malte de nous donner de la nourriture. Ceci n'est pas Noël".

Après son tweet sur la fermeture des ports italiens, M. Salvini en a envoyé un autre avec une photo de son déjeuner: des tortellini et des saucisses, ajoutant "espérer ne pas offenser un journaliste ou professeur de gauche".

- 1.300 morts -

Le fondateur d'Open Arms, Oscar Camps, a répondu à M. Salvini sur Twitter. "Votre rhétorique et vos messages auront une fin, comme tout dans la vie. Mais vous devez savoir que dans plusieurs décennies, vos descendants auront honte de ce que vous faites et dites".

Le navire avait repris fin novembre, avec deux autres bateaux d'ONG, ses missions de sauvetage en Méditerranée centrale, au large de la Libye.

Une autre ONG, l'allemande Sea Watch, a annoncé samedi sur Twitter avoir secouru de son côté 33 migrants en difficulté, et a lancé un appel pour pouvoir accoster dans un port.

Cet itinéraire de l'immigration clandestine est le plus mortel, avec plus de 1.300 migrants morts en tentant de gagner l'Italie ou Malte depuis le début de l'année, selon l'Organisation internationale pour les Migrations (OIM).

Les navires humanitaires opèrent dans cette zone malgré l'opposition farouche de M. Salvini, qui leur ferme les ports en les accusant de favoriser les affaires des passeurs, et les réticences de Malte.

Une autre ONG, l'allemande Sea-Eye, a annoncé vendredi soir le départ, depuis Algésiras dans le sud de l'Espagne, d'un nouveau bateau vers le large des côtes libyennes, le "Professor Albrecht-Penck".

Une partie des 18 membres de son équipage sont d'anciens volontaires de l'Aquarius, ce bateau qui avait déclenché l'été dernier une crise diplomatique entre les États européens et mis définitivement à l'arrêt début décembre.

Dès son arrivée au ministère de l'Intérieur en juin, Matteo Salvini a tenu sa promesse de fermer les ports aux navires secourant des migrants au large de la Libye, qu'ils soient d'ONG, commerciaux ou même des garde-côtes italiens.

Depuis, le ministère fait état de 9.500 arrivées sur les côtes entre juin et novembre, dont les deux tiers par des routes secondaires via la Tunisie, la Turquie ou l'Algérie, contre 57.000 sur la même période l'an dernier.

M. Salvini a par ailleurs réussi à faire adopter un décret-loi controversé réformant le système d'accueil des demandeurs d'asile et limitant fortement les permis de séjour.

Vos commentaires