L'ombre de la maîtresse de Picasso sur un tableau aux enchères à Londres

L'ombre de la maîtresse de Picasso sur un tableau aux enchères à Londres
La toile de Picasso "Femme au béret et à la robe quadrillée (Marie-Thérèse Walter)" à Hong Kong le 30 janvier 2018Anthony WALLACE

Un précieux tableau de Pablo Picasso représentant sa compagne Marie-Thérèse Walter, mais sur lequel se cache celle qui deviendra sa maîtresse, Dora Maar, sera vendu aux enchères à Londres le 28 février et pourrait atteindre une somme astronomique.

Le peintre espagnol a réalisé "Femme au béret et à la robe quadrillée (Marie-Thérèse Walter)" en 1937, l'année où il a peint "Guernica", qui décrit l'horreur du bombardement nazi de la ville basque pendant la guerre civile espagnole.

La valeur de cette peinture à l'huile de 55 sur 46 centimètres est estimée à 50 millions de dollars (40 millions d'euros). Elle sera mise aux enchères lors d'une vente d'art impressionniste, surréaliste et d'art moderne à la maison d'enchères Sotheby's à Londres.

L'identité de son propriétaire actuel reste confidentielle.

"C'est une peinture à la valeur incroyablement importante", a déclaré jeudi à l'AFP James Mackie, directeur du département d'art impressionniste et moderne chez Sotheby's.

Elle a été produite à "une période-clé de la carrière de Picasso, en 1937, quand il a réalisé le grand tableau +Guernica+", a-t-il ajouté.

En outre, le tableau a une forte charge autobiographique, a souligné James Mackie. Y apparaît au premier plan Marie-Thérèse Walter, qui "a été sa maîtresse et muse pendant un certain temps, mais aussi Dora Maar, qu'il a rencontrée en 1936, l'année précédent la réalisation de ce tableau, qui apparaît dans cette ombre que l'on voit derrière Marie-Thérèse", a-t-il décrit.

Ces derniers temps, plusieurs chefs-d'œuvre sont partis à des prix particulièrement élevés, en raison notamment de l'ouverture de grands musées dans le Golfe et du pouvoir d'achat de collectionneurs de pays émergents.

En novembre 2017, le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a ainsi acquis le tableau de Léonard de Vinci "Salvator Mundi" (Sauveur du monde) pour 450 millions de dollars.

"Le marché des chefs-d'œuvre a atteint des niveaux sans précédent, et cette oeuvre entre dans cette catégorie", a déclaré James Mackie.

Trois autres Picasso seront vendus aux enchères, dont "El Matador", évalué entre 14 et 18 millions de livres (entre 16 et 20 millions euros). Seront aussi proposés deux tableaux de Salvador Dalí jusqu'à présent restés dans la famille de la comtesse de Cuevas de Vera, en Argentine.

Il s'agit de deux petites peintures à l'huile sur cuivre, "Gradiva" (1931) et "Casa para erotómano" (peint vers 1932) qui, selon Mackie, constituent "une redécouverte" pour le monde de l'art.

Vos commentaires