La Grèce bientôt sous "surveillance renforcée" pour éviter tout relâchement budgétaire

Grèce

(Belga) La Commission a adopté mercredi une décision visant à activer le "cadre de surveillance renforcée" pour la Grèce afin de soutenir la mise en œuvre des réformes dans le pays après sa sortie de plus de huit ans de tutelle financière européenne.

La république hellénique achèvera le 20 août prochain son programme de soutien à la stabilité au titre du Mecanisme européen de stabilité (MES), préservant ainsi sa place au cœur de la zone euro et de l'Union européenne. "Cette réussite majeure est le fruit des sacrifices consentis par les citoyens grecs, de l'engagement de la Grèce en faveur des réformes et de la solidarité de ses partenaires européens", ont souligné les commissaires Valdis Dombrovskis et Pierre Moscovici lors d'une conférence de presse. La surveillance renforcée constitue un cadre de surveillance post-programme qui permettra de suivre de près la situation économique, budgétaire et financière dans le pays, ainsi que son évolution. Son activation a été jugée appropriée par les ministres de la zone euro, réunis en Eurogroupe le 22 juin dernier, en raison du "caractère durable de la crise qu'a connue la Grèce, de son niveau d'endettement, mais aussi de la nécessité de poursuivre la mise en œuvre des réformes structurelles pour relancer durablement l'économie et des faiblesses qui subsistent". Cette surveillance renforcée "n'est pas un quatrième programme", a insisté M. Moscovici. "Elle ne comporte ni nouveaux engagements ni nouvelles conditions. Il s'agit d'un cadre soutenant la réalisation et l'achèvement des réformes en cours. Pourquoi est-ce si important? Parce que la reprise en Grèce ne constitue pas un événement, mais un processus", a-t-il conclu. (Belga)

Vos commentaires