En ce moment
 
 

La Grèce paralysée, le Premier ministre offre de démissionner

A nouveau au bord de la faillite, la Grèce était paralysée ce mercredi par une grève générale pour protester contre un nouveau plan de rigueur. Pour apaiser la colère des Grecs, le Premier ministre a proposé de démissionner.

Le Premier ministre grec George Papandreou a offert sa démission, mercredi, afin de mettre sur pied un gouvernement d'union nationale auquel se joindraient les conservateurs qui sont actuellement dans l'opposition. La nouvelle a été annoncée alors que des dizaines de milliers de Grecs ont pris part à une grève de 24 heures pour protester contre les mesures d'économie qui visent à sauver le pays de la banqueroute.

La police a brièvement tenté de reprendre le contrôle de la place Syntagma devant le Parlement à Athènes en tirant des salves de gaz lacrymogène qui ont éparpillé la foule sans la faire partir, des manifestants continuant de protester contre les mesures d'austérité. La police réagissait à une attaque d'un groupe de jeunes qui avaient jeté auparavant des cocktails Molotov, des pierres et divers autres projectiles sur des membres des forces antiémeutes en marge d'une manifestation des syndicats. Au total, au moins douze personnes ont été blessées à Athènes mercredi, ont annoncé des sources officielles.

La place des "Indignés" envahie de fumigènes

En milieu d'après-midi, la place Syntagma (de la Constitution, NDLR), où campent depuis trois semaines des "Indignés" grecs, a été envahie de fumigènes et de gaz lacrymogènes fortement irritants, contraignant de nombreux manifestants à libérer les lieux, d'après les journalistes de l'AFP présents. Mais, les "Indignés", un groupe de résistance populaire qui se veut pacifique, hors parti et hors syndicats, et qui communiquent via des communiqués de presse envoyés aux rédactions, ont appelé les manifestants à rester sur les lieux. Ils ont dénoncé "le bombardement de la place par des gaz lacrymogènes, et une tentative de la police d'évacuer la place par la force".

Deux ou trois policiers dans un état grave

"Nous avons deux ou trois policiers qui sont dans une état grave", a affirmé un porte-parole de la police, Thanassis Kokkalakis, sur la chaîne de télévision Skai. "L'un d'entre eux a été blessé à l'oreille par un pistolet d'alarme et un autre a perdu plusieurs doigts", a-t-il dit.
 
Selon la police, plus de 20.000 personnes ont manifesté au total à Athènes, jour de grève générale observée par les principaux syndicats, qui a surtout affecté le secteur public et les transports maritimes et urbains. D'après les médias, le nombre des manifestants était de 40.000.

Vos commentaires