En ce moment
 

La question de la répartition des migrants renvoyée après la présidence autrichienne

(Belga) Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a estimé jeudi que la question de la répartition des réfugiés entre Etats membres ne pourrait être résolue sous la présidence autrichienne de l'UE, tout en se félicitant des accords en gestation entre les 28 sur le renforcement des frontières extérieures et de la coopération avec plusieurs pays africains. Le président du Conseil Donald Tusk a confirmé cette stratégie réduite.

La réinstallation des demandeurs d'asile dans l'UE en période de crise migratoire est rejetée par des pays adoptant une ligne dure sur l'immigration, comme ceux du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie), rejoints récemment par des gouvernements comprenant l'extrême droite, comme l'Italie ou l'Autriche. "Les divergences de vues sont évidentes et se poursuivront après notre présidence", a affirmé M. Kurz (conservateur), au terme du sommet informel des dirigeants européens à Salzbourg. La veille, le président de la Commission Jean-Claude Juncker avait affirmé que "ceux qui ne veulent pas laisser entrer de migrants - bien qu'ils le devraient - devraient contribuer à la solidarité d'une autre manière", suggérant qu'il n'attendait plus de tous les Etats membres une participation au programme européen de réinstallation. M. Kurz s'est en revanche réjoui de voir les 28 en passe de réussir selon lui dans deux autres domaines: le renforcement de la protection des frontières extérieures - la Commission propose 10.000 gardes-frontières et gardes-côtes européens d'ici 2020, mais des réticences souverainistes persistent chez certains - ainsi que les partenariats économiques renforcés avec des pays d'Afrique du nord, au premier rang desquels l'Egypte, pour dissuader ou empêcher les périlleuses traversées de la Méditerranée. A cet égard, le président de l'Union africaine, le Rwandais Paul Kagame, devrait faire le déplacement à Vienne en décembre, a indiqué M. Kurz. "Nous avons décidé de nous concentrer sur ce qui nous unit et a déjà apporté des résultats", a confirmé le président du Conseil Donald Tusk, citant les frontières extérieures et les partenariats avec des pays africains. MM. Tusk et Kurz ont déjà pris contact avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, que M. Tusk devrait rencontrer ce dimanche. (Belga)

Vos commentaires