En ce moment
 
 

La Russie va-t-elle détruire l'Ukraine? "Je ne suis pas sûr que le pays reste sur la carte", avertit un représentant russe (vidéo)

  • Ukraine: vers une victoire russe ?

  • La Russie "n''est pas sûre que l''Ukraine soit toujours sur la carte européenne dans un ou deux ans"

 
 
UKRAINE
 

Invité à distance sur le plateau de l’émission C’est pas tous les jours dimanche, Piotr Tolstoi, le vice-président de la Douma (chambre basse du parlement russe), a exposé le point de vue de la Russie dans la guerre en Ukraine.

Après avoir proféré plusieurs menaces sur l’Union européenne, le représentant russe a été questionné sur la possibilité de voir l’Ukraine rejoindre un jour l’UE. Sa réponse est glaçante et laisse entrevoir les possibles ambitions finales qu’a la Russie pour l’Ukraine. En effet, selon Piotr Tolstoi, l’Ukraine pourrait être rayée de la carte.

"Je ne suis pas sûr que l’Ukraine reste sur la carte de l’Europe dans un an ou deux. Donc tous ces efforts avec les crédits financiers, l’adhésion possible [à l'Union européenne], les paroles de solidarité, je crois que ce sont des efforts qui vont dans le vent avec l’Ukraine."

Présent physiquement sur le plateau de l’émission, le député européen Philippe Lamberts a immédiatement réagi à ces propos alarmants. "Mr Tolstoi a le mérite de la brutalité du langage qui traduit la brutalité des faits. L’objectif du régime russe est bien l’élimination de l’Ukraine comme pays indépendant."

"Inacceptable" pour la démocratie

Plus tôt dans ses propos, le vice-président de la Douma avait déclaré que le Russie voulait un nouveau Yalta. Une déclaration sur laquelle est revenue Philippe Lamberts. "Mr Tolstoi a utilisé l’exemple du traité de Yalta. Je vous rappelle ce que cet accord remonte à la fin de la Seconde Guerre mondiale où les grandes puissances ont décidé à la place de nations souveraines, ce que ces nations pouvaient devenir", explique l’eurodéputé.

"Dans la vision russe, il y a des pays qui sont souverains. Ce sont les grandes puissances dont la Russie fait partie et il y a des pays qui n’ont juste pas le droit d’être souverains, on doit décider à leur place. Évidemment, en démocratie, c’est inacceptable", single-t-il pour conclure.


 

Vos commentaires