En ce moment
 

Le G7 "très préoccupé" par le sort du cinéaste ukrainien Sentsov emprisonné en Russie

Le G7
Le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov lors de son procès, le 22 juillet 2015 à Rostov-sur-le-Don, en RussieSERGEI VENYAVSKY
Russie

Les ambassadeurs des pays du G7 se sont dits jeudi "très préoccupés" par le sort du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, emprisonné en Russie et en grève de la faim depuis plus d'un mois, appelant à sa libération par un échange de détenus entre Moscou et Kiev.

"Nous sommes très préoccupés par la situation d'Oleg Sentsov et d'autres prisonniers et détenus en Russie", ont déclaré les ambassadeurs à Kiev des sept puissances (Etats-Unis, Canada, Japon, Allemagne, Grande-Bretagne, France, Italie) sur leur compte Twitter commun.

"Leur mise en liberté, dans le cadre d'un échange bilatéral de détenus, constituerait une avancée humanitaire importante", ont-ils ajouté, avec le mot-clé "Libérez Sentsov".

Parallèlement, le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko ont eu un entretien téléphonique pour la seconde fois en moins de quinze jours.

M. Porochenko "a appelé à libérer les prisonniers ukrainiens détenus dans des prisons russes et dans celles des territoires occupés", comme la Crimée, annexée en mars 2014 par la Russie, a indiqué dans un communiqué la présidence ukrainienne.

Le Kremlin a de son côté indiqué dans un communiqué que "le sujet d'un échange de prisonniers a été évoqué" par les deux dirigeants au cours de cet entretien.

Après avoir rencontré Oleg Sentsov, son avocat Dmitri Dinze, a indiqué dans la soirée à des médias russes que son client refusait toujours de mettre fin à sa grève de la faim.

"Chaque jour, Sentsov boit 3,5 litres d'eau et se fait injecter via un goutte-à-goutte beaucoup de glucose, d'amino-acides et de vitamines", a raconté M. Dinze.

Oleg Sentsov, dont le poids "était initialement un peu plus de 90 kilos, pèse désormais 77 kilos", a-t-il affirmé.

"Les médecins disent que Sentsov a des problèmes de coeur et de reins, et dans les prochains jours, selon leur pronostic, une crise de santé pourrait se produire", a-t-il souligné.

La déléguée russe aux droits de l'homme Tatiana Moskalkova, qui a annoncé mercredi avoir mis en place un "contrôle quotidien de l'état de santé" d'Oleg Sentsov, a cependant affirmé qu'il n'"avait pas perdu de poids."

Pour leur part, les services pénitentiaires de la région de Yamalo-Nenets (Grand nord russe), où le cinéaste purge sa peine, ont assuré jeudi dans un communiqué que l'état de santé d'Oleg Sentsov était "estimé comme satisfaisant".

Opposé à l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, Oleg Sentsov a été condamné pour "terrorisme" et "trafic d'armes" à l'issue d'un procès qualifié de "stalinien" par Amnesty International et dénoncé par Kiev, l'Union européenne et les Etats-Unis.

Entamant jeudi son 39e jour sans s'alimenter, le cinéaste de 41 ans s'est dit prêt à mourir en prison pour exiger la libération de "tous les prisonniers politiques" ukrainiens détenus en Russie.

Quant à l'hypothèse d'une grâce réclamée par certains soutiens du cinéaste, le Kremlin a fait savoir cette semaine qu'une telle procédure devait être "déclenchée par le condamné lui-même".

Le Conseil de l'Europe, mais aussi de nombreuses personnalités, comme l'écrivain américain Stephen King ou l'ex-ministre française de la Justice Christiane Taubira, ont également demandé sa libération.

Vos commentaires