En ce moment
 

Le milliardaire Dmitri Rybolovlev réclame 380 millions de dollars à Sotheby's

Russie

(Belga) L'homme d'affaires russe Dmitri Rybolovlev a saisi la justice américaine pour réclamer 380 millions de dollars à la maison d'enchères Sotheby's, qu'il accuse d'avoir aidé le marchand d'art Yves Bouvier à l'escroquer.

Un contentieux oppose, depuis plus de trois ans, le milliardaire propriétaire du club de football de l'AS Monaco à celui qui fut son intermédiaire dans l'acquisition de 38 oeuvres d'art. Dmitri Rybolovlev accuse Yves Bouvier de l'avoir sciemment trompé quant à la valeur réelle de ces oeuvres, les lui revendant à un prix bien supérieur à celui qu'il avait déboursé pour les acquérir, soit plus de deux milliards de dollars. Selon une source proche de l'enquête ouverte à Monaco, le marchand d'art aurait empoché entre 500 millions et un milliard d'euros au passage. M. Rybolovlev reproche à Sotheby's d'avoir collaboré avec Yves Bouvier lors de l'acquisition de certaines de ses oeuvres et de leur revente à l'homme d'affaires russe. La maison d'enchères aurait notamment fourni à M. Rybolovlev des estimations surévaluées pour faciliter la vente au prix demandé par Yves Bouvier, selon le document de l'assignation déposée mardi devant un tribunal fédéral de Manhattan. Elle aurait suggéré au marchand d'art de nombreuses oeuvres dont elle savait qu'elles pouvaient intéresser M. Rybolovlev, selon le document. "Sotheby's savait, quand il proposait ces transactions, que Bouvier prévoyait de relever le prix facturé (à M. Rybolovlev) par rapport au vrai prix d'acquisition", fait valoir le milliardaire, qui a saisi la justice américaine par le biais de deux sociétés offshore, contrôlées par sa famille. "Sotheby's a aidé et encouragé la fraude de Bouvier", affirme M. Rybolovlev. Contacté par l'AFP, un porte-parole de l'homme d'affaires russe a confirmé mercredi le dépôt de l'assignation mais s'est refusé à tout commentaire. Cette "dernière action désespérée en date n'a aucune base légale", a affirmé la maison d'enchères dans une réaction transmise mercredi à l'AFP. Sotheby's a rappelé avoir saisi, en novembre 2017, la justice suisse, "qui est la juridiction appropriée dans ce dossier". Le groupe entend faire annuler la procédure intentée à New York, dans l'attente de l'issue de celle en cours à Genève. "Sotheby's n'avait aucune information sur ce que Bouvier faisait des pièces qu'il achetait", a affirmé une source proche de la maison d'enchères. Sotheby's attend de la justice suisse qu'elle établisse qu'elle n'a commis aucune irrégularité. (Belga)

Vos commentaires