Les Bourses européennes dégringolent en 2018, à l'unisson des marchés mondiaux

Les Bourses européennes dégringolent en 2018, à l'unisson des marchés mondiaux

(Belga) Les Bourses européennes ont terminé dans le vert après une demi-séance calme lundi, mais ont dégringolé sur l'ensemble de l'année, perdant 10% à 20% sur fond de Brexit, de guerre commerciale et de craintes pour la croissance.

L'année écoulée s'est révélée "pire qu'anticipé" pour les Bourses, a relevé auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant Bleu Gestion, "car si les sujets d'inquiétude existaient, personne n'imaginait que cela entraînerait une chute aussi significative des indices européens". Le conflit commercial sino-américain restera l'une des craintes principales des investisseurs l'an prochain, ainsi que "la question du Brexit, celle plus globale d'un ralentissement économique et celle de l'attitude des banques centrales", a ajouté M. Larrouturou. Les indices boursiers américains ont connu une année difficile, piquant régulièrement du nez et entraînant les places européennes dans leur sillage. Wall Street a ainsi été ballotté au gré des annonces de la banque centrale américaine (Fed) --qui a remonté ses taux d'intérêt, renchérissant donc le coût du crédit pour les investisseurs--, des rebondissements du conflit commercial entre Pékin et Washington, ou des mouvements des valeurs technologiques. La baisse des prix du pétrole a également joué sur le cours des grands groupes européens tandis que les valeurs financières ont souffert des taux bas européens et du bras de fer entre Bruxelles et Rome sur la dette italienne et le projet de budget italien. Quant aux constructeurs automobiles et à leurs équipementiers, ils ont été victimes du retournement de la baisse de la demande et de nouvelles normes anti-pollution. L'indice composite européen Eurostoxx 50 a fini l'année juste au-dessus de la barre des 3.000 points, au terme d'une baisse de près de 15% en 12 mois. À Paris, le CAC 40 a enregistré sur 2018 sa pire performance depuis 2011 avec un plongeon de 10,95%. A Londres, l'indice FTSE-100 a subi une chute annuelle de 12,48%, hanté par le Brexit, un divorce effectif prévu le 29 mars prochain. A Bruxelles également, le Bel 20 a connu sa pire année depuis 2011, avec une glissade de 18,46%. Des replis de même ordre ont été enregistrés aux Bourses de Lisbonne (-15% sur l'année pour l'indice PSI 20), d'Amsterdam (-10% pour l'indice AEX), de Madrid (-15% environ pour l'Ibex 35), de Milan (baisse de près de 20% pour le FTSE Mib) et de la Suisse (-10% pour le SMI) Francfort, dont la dernière séance de 2018 était vendredi, a signé sa cinquième plus mauvaise année en 30 ans, voyant le Dax se tasser de 18,3%. A New York, sur l'ensemble de l'année et avant la clôture de lundi, le Dow Jones a perdu 6,7%, le Nasdaq 4,6% et le S&P 500 7,0%, les reculs les plus importants depuis la crise financière de 2008. En Asie, les Bourses chinoises ont également connu une année noire: Shanghai a perdu cette année 24,6% et Hong Kong quelque 14%. A Tokyo, l'indice Nikkei a lâché 12,1%. En revanche, à rebours de la tendance mondiale, le Brésil s'est distingué: la Bourse de Sao Paulo s'est envolée de plus de 13% en 2018, la victoire du candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro augurant d'une politique économique ultra-libérale. (Belga)

Vos commentaires