En ce moment
 

Les États membres refusent d'abaisser à 16 ans l'âge de l'Initiative citoyenne européenne

(Belga) Les 28 États membres de l'Union se sont dits mardi disposés à négocier avec le Parlement européen une amélioration de l'Initiative citoyenne européenne, instrument de démocratie participative entré en vigueur en 2012 mais à l'efficacité encore limitée. Ils refusent toutefois d'abaisser à 16 ans l'âge minimal pour soutenir cette forme de démocratie plus directe.

L'initiative citoyenne européenne permet à un million de citoyens de l'UE issus d'au moins un quart des États membres d'inviter par pétition la Commission à formuler une proposition législative sur un sujet donné, ou à justifier pourquoi elle ne le fait pas. Plusieurs dizaines d'initiatives ont été tentées mais elles n'ont pas été jugées recevables dans leur toute grande majorité, tandis que d'autres (glyphosate, TTIP, vivisection, etc.) butaient sur un rejet motivé, un soutien jugé trop timide ou des manœuvres dilatoires. La nécessité d'une révision du système s'est ainsi imposée. La Commission, de son côté, avait avancé ses propositions d'amélioration, dont la plupart ont été retenues par les 28. Mais concernant l'âge minimal pour soutenir une initiative citoyenne européenne, là où la Commission avait proposé de l'abaisser à 16 ans, le Conseil a préféré conserver le système actuel: les initiatives ne peuvent être signées que par des citoyens de l'UE dont l'âge leur donne le droit de voter aux élections au Parlement européen (soit 16 ans en Autriche, mais 18 ans partout ailleurs). Le Parlement européen doit à présent adopter son propre mandat de négociation en juillet. Les négociations entre le Conseil et le Parlement devraient commencer après les vacances d'été. (Belga)

Vos commentaires