Les Italiens de Belgique votent déjà pour les élections législatives: quelle est la situation politique là-bas?

Antonio Solimando fait le point sur la situation politique en Italie, à une semaine des élections législatives.

Beppe Grillo, Silvio Berlusconi: ce sont les leaders politiques qui risquent de compter pour les élections législatives, en Italie. Elles se déroulent dimanche prochain, mais déjà les Italiens de Belgique votent. Ils sont 280.000 et peuvent voter jusqu'à jeudi, par correspondance.

Il y a 12 députés de l'étranger à élire, et 6 sénateurs. L'Italie est actuellement secouée par des manifestations d'extrême-droite, mais le chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, démocrate, pourrait rempiler.

L'Italie, c'est un paquet de nœuds politiques, à défaire. On se moque souvent de la politique belge et de son surréalisme, mais attendez de voir ce qui se passe en Italie. Le premier parti du pays, favori dans les sondages, le mouvement cinq étoiles, se revendique anti-système et du coup, refuse la moindre alliance avec d’autres formations politiques.

L’autre favori du scrutin, c’est l’alliance de droite et d’extrême droite, alliance dont la campagne est menée par Silvio Berlusconi, 81 ans, plusieurs fois condamné en justice, et à ce titre, privé de ses droits politiques. Vous avez donc bien compris : dimanche les Italiens risque de voter pour un parti qui ne pourra pas former de majorité, ou pour un autre dont le leader est inéligible.

Dans ces conditions, une vaste coalition de partis de centre gauche et de centre droit : 3, 4, 5, 6 formations peut-être seront nécessaires pour former un gouvernement qui ressemblera furieusement à l’actuelle coalition en place depuis 2013.

Vos commentaires