En ce moment
 
 

Hausse des prix de l'énergie en Europe: "Les conséquences vont être extrêmement importantes pour les ménages"

  • Les prix de l''énergie atteignent des sommets !

  • Bruno Colmant, économiste: "On parle d’une augmentation qui pourrait atteindre à peu près 100 euros par mois par ménage moyen"

 
 
 

Les prix de l'électricité et du gaz naturel ont atteint des sommets en Europe mardi. En quelques heures, ils ont augmenté de 10%, alors que le moindre mouvement de marché provoque la panique parmi les opérateurs de marché (traders).

Les prix de l'électricité et du gaz naturel ont atteint des hauteurs inédites. Lundi, le TTF-Future néerlandais, l'un des prix de référence pour le gaz naturel, a augmenté de 10%.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette forte augmentation, selon Bruno Colmant. "Tout d’abord, l’hiver a été long et froid en Europe, donc les stocks de gaz ont diminué", explique l'économiste. Les prévisions météo annonçant un hiver plus froid que prévu pourraient aussi être à l'origine de la pénurie croissante du marché. Mardi, l'envolée du marché du gaz s'est poursuivie avec une nouvelle hausse de 10%, pour atteindre les 84 euros/MWh à la livraison en octobre.

"Nord Stream 2" pas encore opérationnel

Les traders soulignent aussi des problèmes liés à un pipeline russe transportant du gaz vers l'Europe. "Actuellement, les Russes sont en train de reconstituer leur propre stock de gaz. Et le fameux approvisionnement qui vient de Russie, qu'on appelle 'Nord Stream 2', n'est pas encore opérationnel", confirme le financier Bruno Colmant. "Le moindre incident déclenche la panique", ajoute le trader pour le fournisseur d'énergie Elindus Matthias Detremmerie. Le prix de l'électricité à livrer en octobre a également augmenté de 10 % pour atteindre les 173 euros/MWh en Belgique.

Malgré le fait que le vent souffle de nouveau en quantité et que les éoliennes fournissent de l'énergie supplémentaire, les prix de livraison restent encore élevés. Cette pénurie générale et des droits d'émission coûteux mettent donc sous tension les prix de l'énergie, alors que l'économie générale se remet de la crise sanitaire et que l'hiver approche. Les consommateurs, et en particulier ceux avec des contrats à prix variables, en paient également les conséquences avec des prix records sur leurs factures.

Une augmentation qui pourrait atteindre à peu près 100 euros par mois par ménage moyen

"Les conséquences vont être extrêmement importantes pour les ménages", avertit notre interlocuteur. Pour différentes raisons, le prix de l'électricité est intimement lié au prix du gaz. L'augmentation du prix de ces deux sources énergétiques se fera ressentir de manière importante chez les ménages belges. "On parle d’une augmentation qui pourrait atteindre à peu près 100 euros par mois par ménage moyen. C’est donc un budget qui pourrait atteindre 1.200 euros par an, ce qui évidemment est extrêmement important et quasiment insupportable pour les revenus les plus faibles."

Tout cela pourrait avoir un impact négatif sur le pouvoir d'achat... Et selon Bruno Colmant, il ne faut pas s'attendre à des diminutions dans les prochains mois. "Ça peut encore augmenter. On peut espérer que l’année prochaine il y ait un tassement. Mais on voit que le prix des matières premières augmente partout et dans tous les domaines : le charbon, le pétrole, les matières premières alimentaires, végétales… Tout ça augmente extrêmement fort donc je serais étonné que tous ces prix commencent à baisser l’année prochaine. On est parti pour une inflation qui est à mon avis soutenu pendant quelque temps", regrette-t-il. 

Face à une telle situation, l'économiste estime que le gouvernement belge devra inévitablement trouver des solutions pour ses citoyens. "On peut étendre le tarif social à plus de gens, dit-il. En France, on pense à envoyer des chèques énergies aux ménages les plus démunis. En Espagne, le gouvernement a décidé de diminuer les taxes sur le gaz justement pour compenser l'augmentation. Je crois que le gouvernement belge devra absolument faire quelque chose à un moment donné."


 




 

Vos commentaires