Londres semble envisager une transition plus longue, selon des médias

Londres semble envisager une transition plus longue, selon des médias
Le gouvernement britannique semble envisager une période de transition post-Brexit un peu plus longue que prévu, au vu d'une déclaration qui a fuité dans les médias britanniques mercrediCHRISTIAN HARTMANN

Le gouvernement britannique semble envisager une période de transition post-Brexit un peu plus longue que prévu, au vu d'une déclaration qui a fuité dans les médias britanniques mercredi.

Selon ce document, Londres souhaite le retrait de la mention du 31 décembre 2020 comme date de fin de cette période de transition du texte de l'accord en cours de négociation.

Tout en réaffirmant souhaiter une période de transition d'"environ deux ans" après le Brexit qui interviendra le 29 mars 2019, Londres indique que sa durée finale "devrait tout simplement être déterminée par le temps que prendra la préparation (...) du futur partenariat", selon ce document de travail censé être publié officiellement mercredi.

Le Royaume-Uni veut quitter le marché unique et l'union douanière une fois sorti de l'Union européenne, mais a réclamé cette période de transition pour éviter un atterrissage trop abrupt pour ses entreprises. Le pays pourra en effet continuer à commercer librement avec l'UE, son plus grand marché, pendant cette période avec en contrepartie la nécessité de suivre les règles européennes et de laisser circuler librement les citoyens sans pouvoir prendre part aux décisions.

Selon le texte gouvernemental qui a fuité, il y a un "large alignement" des positions des négociateurs britanniques et européens et "seuls un petit nombre de points nécessitent des discussions". Et il appelle à faire preuve de "bonne volonté mutuelle" concernant les nouvelles lois européennes qui seront adoptées, sans détailler.

Mais des députés conservateurs pro-Brexit ont mis en garde contre le risque de voir le Royaume-Uni devenir un "Etat vassal" de l'UE pendant la transition.

Un groupe de 62 d'entre eux, rassemblés dans le mouvement European Research Group (ERG), a envoyé une lettre mercredi à la Première ministre Theresa May pour lui suggérer quelques pistes pour réussir le Brexit. Ils réclament notamment de pouvoir signer des accords commerciaux avec des pays tiers à l'UE pendant la transition.

Vos commentaires