En ce moment
 
 

Macron et Von der Leyen affichent des objectifs communs pour l'UE

Macron et Von der Leyen affichent des objectifs communs pour l'UE

(Belga) Emmanuel Macron a accueilli mardi au palais de l'Elysée Ursula von der Leyen, la future présidente de la Commission européenne, en affirmant partager ses priorités pour ouvrir "une nouvelle page" de l'Union européenne.

Cette visite à Paris, pour un déjeuner de travail avec le président français, est le premier déplacement de l'ex-ministre de la Défense allemande depuis son élection à la tête de la Commission européenne le 17 juillet par le Parlement européen. "Nous sommes d'accord pour travailler tous les deux pour une Europe forte, unie et ambitieuse", a déclaré Ursula von der Leyen à son arrivée à l'Elysée. "Je vous sais à mes côtés", a-t-elle ajouté en s'adressant au président français qu'elle a remercié "pour son soutien" à son élection. Emmanuel Macron a souligné que lui-même et la France "se retrouvaient pleinement" dans le programme qu'a détaillé Mme von der Leyen devant le Parlement européen. Avec, parmi les priorités, "une vraie ambition climatique", "l'exigence du progrès social", la promotion d'"une Europe qui protège et sait régler le sujet des migrations, un défi important", et d'"une Europe des valeurs, qui défend l'état de droit et la liberté de la presse", a développé le chef de l'Etat. C'est "une nouvelle page que vous allez porter" pour l'UE, a-t-il ajouté en se tournant vers Mme von der Leyen, qui prendra ses fonctions le 1er novembre en remplacement du Luxembourgeois Jean-Claude Juncker. Pour Emmanuel Macron, le fait qu'elle devienne la première femme à présider la Commission "est l'incarnation d'un nouveau visage, d'une nouvelle ambition, d'une Europe qui veut se régénérer". Au cours du déjeuner, devait notamment être abordé le sujet du poste qu'occupera le représentant français dans la future Commission. Paris a indiqué vouloir que le choix de ce portefeuille et du commissaire "reflète deux de nos grandes priorités politiques: soit un portefeuille économique fort, par exemple le commerce, soit celui en charge du climat". Mais cela dépendra "ensuite de l'équilibre subtil" au sein de la Commission et des "compétences réelles" du portefeuille, selon la présidence française, qui n'a pas indiqué quand serait annoncé son choix. L'actuel commissaire français est Pierre Moscovici, en charge des Affaires économiques. Mme von der Leyen a exprimé son intention de former une Commission avec "50% de femmes et 50% d'hommes". Après Paris, elle a indiqué qu'elle se rendrait prochainement en Pologne et en Croatie. (Belga)

Vos commentaires