En ce moment
 

Migrants: l'Autriche planche sur la création de centres d'accueil hors UE

Migrants: l'Autriche planche sur la création de centres d'accueil hors UE
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz à Jerusalem, le 10 juin 2018ABIR SULTAN

L'Autriche planche avec quelques Etats de l'UE sur l'établissement de centres d'accueil de migrants à l'extérieur de l'Union pour "héberger et offrir une protection mais pas une vie meilleure", a indiqué mardi soir le chancelier Sebastian Kurz.

Interrogé par la télévision publique ORF sur l'existence d'un tel projet, le chef du gouvernement a confirmé que "des efforts sont en cours pour créer en dehors de l'Europe des centres de protection où nous pourrons héberger les réfugiés, offrir une protection mais pas une vie meilleure en Europe centrale".

M. Kurz, un conservateur qui gouverne avec l'extrême droite, n'a pas précisé à qui seraient destinés ces centres mais son homologue danois Lars Lokke Rasmusen avait indiqué la semaine dernière discuter avec certains pays, dont l'Autriche, de la création de "centres communs" destinés aux migrants ne pouvant prétendre à l'asile dans l'UE ou ayant été déboutés.

"C'est un projet sur lequel nous travaillons avec un petit nombre d'Etats de façon très confidentielle (...) pour en accroître la faisabilité", a ajouté M. Kurz sur ORF.

Parmi les pays susceptibles d'accueillir ces centres, le nom de l'Albanie a été avancé ces derniers jours dans la presse autrichienne. "Nous verrons", a répondu mardi soir le chancelier.

La coalition droite/extrême droite au pouvoir en Autriche depuis fin 2017 a fait de la mise en oeuvre d'une politique migratoire restrictive l'une de ses priorités. Le gouvernement souhaite à la fois rendre l'Autriche moins attractive pour les demandeurs d'asile et augmenter les expulsions des déboutés de l'asile, un objectif contrarié par l'absence d'accords de réadmission avec de nombreux pays.

Collectivement, les pays de l'UE sont dans l'impasse pour débloquer la réforme enlisée depuis deux ans du système d'asile européen, dans un climat politique alourdi par l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement populiste en Italie.

Vos commentaires