En ce moment
 

Mobilisation massive contre le racisme dans les rues de Berlin

(Belga) Des dizaines de milliers de personnes ont envahi le centre de Berlin pour protester contre la haine et le racisme après les récents dérapages xénophobes dans l'est de l'Allemagne qui avaient choqué le pays.

Au moins 150.000 manifestants ont répondu présent, a annoncé le collectif #unteilbar (indivisible) qui avait dit miser sur quelque 40.000 participants. "Il s'agit déjà d'un succès" s'est réjouie sa porte-parole Theresa Hartmann. La police de Berlin n'a pas donné de chiffre officiel. "Dites-le fort, dites-le clairement, nous sommes tous indivisibles!", ont scandé les participants en défilant sous un soleil radieux et par des températures estivales au coeur de la capitale, avant de rejoindre la célèbre Porte de Brandebourg où des célébrités de la scène musicale allemande se sont produites. "Pas de place pour les Nazis", "le sauvetage en mer n'est pas un crime", "plus d'amour, moins de haine" figuraient notamment sur les pancartes. Le collectif #unteilbar est composé de diverses ONG, artistes ou personnes privées. Il avait déjà rassemblé des milliers de personnes dans les rues de Hambourg ou Munich les semaines précédentes. S'y sont joints aussi des syndicats et organisations religieuses ou caritatives. Derrière le mot d'ordre "Pour une société libre et ouverte - contre l'exclusion, solidarité!", il s'agissait de protester en particulier contre le racisme véhiculé par l'extrême droite, entrée il y a un an à la Chambre des députés. L'Alternative pour l'Allemagne (AfD) a bâti son succès en nourrissant les craintes des Allemands après l'afflux de plus d'un million de réfugiés entre 2015 et 2016 dans le pays. Fin août, une manifestation de sympathisants d'extrême droite avait dégénéré en "chasse" à l'étranger dans les rues de Chemnitz juste après le meurtre d'un Allemand attribué à un réfugié. Certains avaient défilé en faisant le salut hitlérien. Les organisateurs voulaient aussi protester contre la discrimination sous toutes ses formes, la mort des réfugiés en mer Méditerranée, la montée des inégalités et les atteintes portées à l'Etat social. Des responsables politiques - essentiellement de gauche - ont également soutenu l'initiative, comme le populaire ministre des Affaires étrangères Heiko Maas. "Nous sommes colorés, nous sommes indivisibles. Nous le montrons aujourd'hui à tous ceux qui veulent nous diviser", avait posté le social-démocrate sur son compte twitter. (Belga)

Vos commentaires