En ce moment
 

Mondial 2018: Sardar Azmoun, le "Messi iranien" a commencé au volley

Mondial 2018: Sardar Azmoun, le
L'attaquant iranien Sardar Azmoun (devant) fêtant, avec des coéquipiers, la victoire de son pays sur le Maroc, le 15 juin 2018 à Saint-PétersbourgCHRISTOPHE SIMON

C'est avec les mains, au volley, que ce longiligne garçon (1,86 m) a débuté le sport. Comme son père, membre de la sélection d'Iran de cette discipline. Maintenant, Sardar Azmoun joue au foot et dispute le Mondial-2018 avec l'étiquette du "Messi iranien".

Novembre 2016. Le FK Rostov remporte la première victoire (3-2) de son histoire, en Ligue des champions, face au Bayern Munich. Azmoun est à l'origine du délicieux premier but du club russe. Crochet du gauche qui fait glisser Jérôme Boateng et frappe enroulée, le but du prodige iranien rappelle celui de... Messi, un an et demi plus tôt, en demi-finales de Ligue des champions, déjà face à Boateng.

"Azmoun doit garder les pieds sur terre, travailler et prendre les bonnes décisions. Si c'est le cas, il pourra être la vraie star du football iranien et asiatique dans les prochaines années", tempère le sélectionneur de l'Iran Carlos Queiroz. Le technicien n'avait pas emmené Azmoun, 19 ans à l'époque, à la Coupe du monde 2014, justement à cause de sa jeunesse.

Mercredi, au moment de pénétrer dans la Kazan Arena pour affronter l'Espagne, Azmoun se saura particulièrement surveillé par les joueurs adverses, remontés après leur nul face au Portugal (3-3).

- Il s'identifie à... Zlatan -

Contre la Roja, le jeune attaquant de 23 ans sera chez lui, à Kazan, où il évolue. Auteur de 23 buts en 31 matchs avec sa sélection, Azmoun sera une des armes principales de l'Iran, qui aimerait bien prolonger son état de grâce, cinq jours après sa victoire inaugurale face au Maroc (1-0).

Le natif de Gonbad-e Qabus (nord-est de l'Iran) est un joueur véloce et technique. Ses fans le comparent à Messi, mais lui s'identifie plutôt à un autre grand attaquant, Zlatan Ibrahimovic, son joueur préféré.

C'est à 15 ans qu'il a bifurqué définitivement vers le foot, quelques mois après une pige en équipe nationale jeune de volley. Trois ans plus tard, Azmoun signe au Rubin Kazan.

Après un passage par le FK Rostov, où il marque 25 buts dont ce fameux bijou face au Bayern, Azmoun est maintenant sur les tablettes de quelques clubs anglais mais surtout de Villarreal (Espagne). Lui ne cache pas son rêve de jouer un jour en Angleterre.

En attendant un futur destin peut-être doré, l'attaquant est arrivé en Russie avec le statut de meilleur buteur iranien en qualifications (11 buts). "Contre le Maroc, on avait prévu de contrôler pour les frustrer. Face à l'Espagne, on sait que tous les joueurs seront dangereux et on va devoir penser à une autre stratégie", a annoncé Queiroz. S'il veut un jour débarquer en Premier League, Azmoun sait ce qu'il doit faire contre la Roja.

Vos commentaires