En ce moment
 
 

Mondial-2019 de basket: "l'équipe allemande est extrêmement dangereuse", prévient Batum

Mondial-2019 de basket:
Le Français Nicolas Batum à Charlotte le 5 octobre 2018Logan Cyrus

Nicolas Batum estime que l'Allemagne, premier adversaire de la France au Mondial de basket dimanche à Shenzhen (14h30 heure française), est une équipe "extrêmement dangereuse", même si elle n'est "pas forcément citée parmi celles qui peuvent faire quelque chose" en Chine.

Q: Tout le monde parle de Dennis Schröder. Faut-il se focaliser sur ce joueur?

R: "Pas que. C'est bien sûr leur plus grand nom. Il a un grand impact avec son scoring et sa capacité à créer le jeu pour les autres. Leurs intérieurs et leurs shooteurs extérieurs en profitent énormément. Il faut le contenir, mais ne pas penser qu'il est la seule clef. Il va falloir se concentrer sur lui à certains moments et ne pas le laisser prendre feu, mais il faut faire attention à toute l'équipe. Ce serait une erreur de se dire que si on marque Schröder, tout va bien se passer."

Q: Quelles sont vos espérances dans ce Mondial?

R: "Il faut être intelligent sur nos ambitions parce que c'est une compétition très relevée. Il y a beaucoup de grosses équipes et c'est très ouvert. Il peut se passer de belles choses comme des choses catastrophiques. Demain, nous jouons une équipe qui n'est pas forcément citées parmi celles qui peuvent faire quelque chose, mais pourtant, elle est extrêmement dangereuse. Beaucoup de joueurs parlent d'une médaille, mais déjà passer le premier et le deuxième tours sereinement serait très important pour arriver en quart dans de bonnes conditions et assurer la qualification pour le TQO (tournoi de qualification olympique). Après, quand on sera dans le top 8, on sera face à des équipes monumentales. Se projeter tout de suite avec une équipe jeune et qui n'a pas beaucoup d'expérience, c'est un peu dangereux."

Q: Le précédent de la médaille de bronze de 2014 peut-il vous servir?

R: "On essaie de montrer une ligne de conduite aux gens qui sont nouveaux, l'état d'esprit qu'on avait. Il nous manquait Nando (De Colo), il nous manquait Tony (Parker), offensivement, on n'était pas aussi forts que cette année, mais défensivement, on était prêts, on avait un groupe qui jouait ensemble et un état d'esprit irréprochable. C'est ce qu'il va nous falloir pour faire quelque chose de bien."

Propos recueillis lors d'un point-presse

Vos commentaires