En ce moment
 
 

Mondial de rugby: Eddie Jones lance la semaine de l'Angleterre

Quelques bons mots, une petite pique adressée à Warren Gatland et des louanges à l'adversaire sud-africain: le sélectionneur de l'Angleterre Eddie Jones a lancé, lundi, la semaine qui mène à la finale de la Coupe du monde, samedi à Yokohama (banlieue de Tokyo).

Le madré technicien n'était pas forcément prévu devant la presse, puisqu'il aurait pu attendre l'annonce de la composition d'équipe, jeudi, pour s'exprimer. Mais, maître de l'agenda et de la communication du XV de la Rose, il a donné le ton de cette semaine particulière, comme avant la demi-finale remportée samedi contre la Nouvelle-Zélande (19-7).

+ Erasmus "rusé", Pollard buteur "soyeux"

Jones était en tribunes avec l'entraîneur de la défense John Mitchell dimanche pour assister au coup de force des Springboks contre le pays de Galles (19-16). A-t-il noirci un calepin de notes ? Non. "J'avais oublié mon stylo, donc j'ai dû me tourner vers la haute technologie, l'iPad, dont je ne suis pas très fan. Donc je n'ai pas pris trop de notes" a-t-il répondu.

Il s'est ensuite montré plus sérieux, soulignant le "paquet d'avants hyper agressif" des Boks, qui ont probablement, avec leurs six avants remplaçants, aligné une "équipe plus forte en seconde période qu'en première".

"Nous savons qu'ils peuvent jouer autrement (qu'avec leurs avants), mais nous savons aussi qu'il vont passer par la porte de devant (...) Donc il faudra les attendre à la porte de devant et couvrir la porte de derrière" a-t-il imagé.

Jones a flatté leur sélectionneur, Erasmus: "Rassie est un très bon entraîneur, rusé, qui a fait un super boulot avec les Springboks. Nous sommes préparés à de l'inattendu."

L'ouvreur Handré Pollard, auteur de 14 des 19 points des Boks, dont la pénalité de la gagne, est lui "un excellent buteur, avec un toucher de balle soyeux".

+ "Meilleurs voeux à Warren"

L'Australien a en revanche été un peu plus piquant envers le Néo-Zélandais Warren Gatland, sélectionneur gallois qui s'était demandé, dimanche, si l'Angleterre n'avait pas joué sa finale en demi-finale. Réponse de Jones: "Et bien, les gars (journalistes), vous pouvez adresser mes meilleurs voeux à Warren afin qu'il apprécie le match pour la 3e place" vendredi contre les All Blacks.

+ La quête des "gains marginaux"

L'Angleterre a beau avoir battu les double tenants du titre, elle "n'a encore rien gagné", le message que Jones a fait passer à ses joueurs. "La semaine la plus importante arrive, nous sommes excités d'en être. La seule chose que je ressens, c'est de l'excitation, par rapport à ce que nous pouvons réaliser."

Et pour conquérir sa deuxième Coupe du monde après 2003, le XV de la rose devra "encore s'améliorer" après la leçon administrée en demi-finales. "Plus vous avancez dans la compétition, plus c'est une affaire de gains marginaux. Et on peut encore s'améliorer de manière significative."

+ Heinz marié, Spencer pas pêcheur

Pour la finale, Jones a appelé à la rescousse le demi de mêlée Ben Spencer après la blessure, samedi, de Willi Heinz, "en larmes dans le vestiaire". Il reste cependant présent au Japon: "Willi voulait rester, et nous voulions qu'il reste, donc la discussion n'a pas été compliquée. C'est comme quand vous voulez vous marier: si la fille veut vous épouser et que vous voulez l'épouser, la conversation est plutôt facile. C'était une conversation facile."

Spencer, lui, pourrait enfiler le costume du Français Jean-Marc Doussain et du Néo-Zélandais Stephen Donald, entrés en jeu lors de la finale du Mondial-2011 après avoir été appelés en renfort pour pallier des blessures.

Jones a nuancé la comparaison avec Donald, qui avait rejoint les All Blacks avec quelques kilos en trop après avoir profité de son temps libre pour pêcher en buvant des bières: "(Spencer) aura un maillot à sa taille, première différence notable; il n'était pas à la pêche, autre différence!"

Vos commentaires