En ce moment
 
 

Mort de Simon Gautier en Italie: pourquoi son téléphone n'a pu être géolocalisé par les secours?

Mort de Simon Gautier en Italie: pourquoi son téléphone n'a pu être géolocalisé par les secours?
© Images Belga

"Je suis tombé dans une falaise, j'ai les jambes cassées, aidez-moi". Simon Gautier, un Français de 27 ans, avait entrepris une randonnée dans le sud de l'Italie. Après avoir contacté les services d'urgence, il restait introuvable. Ce n'est que 9 jours après son appel qu'il a pu être localisé. Son corps inerte a été découvert dans un ravin. Pourquoi a-t-il fallu autant de temps pour retrouver sa trace?

Les secouristes italiens ont entrepris ce lundi de récupérer le corps de Simon Gautier, un randonneur français de 27 ans retrouvé sans vie dans un ravin neuf jours après s'être blessé dans le sud de l'Italie, ont annoncé les autorités.

Il était parti le jeudi 8 août, avec de l'eau et des vivres, pour plusieurs jours de randonnée en solitaire le long de la côte, mais avait appelé à l'aide le lendemain matin en expliquant s'être cassé les deux jambes en tombant d'une falaise. Malheureusement, il n'a pas pu dire où il se trouvait: "Au milieu de nulle part, sur la côte". Et il n'a pas été possible de localiser son téléphone. Une question se pose alors: pourquoi les secouristes italiens n'ont-il pu géolocaliser le téléphone du jeune homme? Pourquoi a-t-il fallu attendre 9 jours avant de découvrir son corps inerte au fond d'un ravin? 

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, tous les appels émis aux services d'urgence ne sont pas géolocalisés. En Europe, il existe "L'Advanced Mobile Location (AML)". C'est cette technique de localisation qui permet aux services d'urgence de renseigner les données géographiques très précises des interlocuteurs. Les données de localisation via l'AML ne sont envoyées aux centres d'appels urgents que lorsque vous téléphonez aux numéros urgents 112 ou 101. Grâce à cette technologie, les services de secours sont capables de localiser précisément d'où l'appel a été émis.


Une technologie efficace mais qui coûte cher

Pour ce faire, plusieurs conditions doivent être réunies. Il faut passer son appel depuis un smartphone et depuis un pays où cette technologie a été activée. Le Royaume-Uni et l’Estonie sont les premiers à avoir activé AML en 2016. Actuellement, ce service est accessible depuis 15 pays: l'Autriche, la Belgique, l'Estonie, la Finlande, l'Islande, l'Irlande, la Lituanie, la Moldavie, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Slovénie, Les Emirats Arabes unis, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. En Italie, ce dispositif est inexistant. 

Jérôme Pâris, directeur de l’ONG European Emergency Number Association (EENA), le fait que l'Italie n'ait pas recours à l'AML est regrettable. "Ce pays a reçu de l’argent public européen pour une première phase de test de l’AML, en 2016-2017 (...) On peut suspecter des lourdeurs administratives", indique-t-il dans une interview accordée au journal La Croix. A noter qu'un pays comme la France ne dispose pas non plus de cette technologie. "La France fait partie d’une deuxième phase de développement et je pense qu’elle va mettre en place l’AML d’ici à la fin de l’année", indique le directeur de l'ONG.

Pour que la technologie soit efficace, chaque pays doit mettre en place une plateforme qui permet de recevoir des données GPS émises par les téléphones afin de les envoyer vers les services de secours. "Cela coûte plusieurs dizaines de milliers d’euros par pays", précise Jérôme Pâris.


Comment les secouristes italiens ont donc fonctionné? 

Il est 9 heures, vendredi 9 août, quand Simon Gautier contacte le numéro 112. Il est blessé, demande de l'aide, mais il ne parvient pas à donner sa localisation aux services d'urgence. Lorsque le jeune homme a contacté les urgences, son téléphone n'a donc pu être géolocalisé via l'AML. "Manifestement, ce qui a été localisé, ce n’est pas son portable mais l’antenne qui a borné quand il a émis l’appel", indique Jérôme Pâris au journal La Croix


Une zone escarpée

Sa localisation s'est faite selon un calcul de triangulation à partir des antennes qui ont capté l’émission de son téléphone mobile. Ce système est bien moins précis que l'AML et ne permet pas de localiser précisément d'où les appels sont émis. Selon le quotidien italien La Repubblica, une zone 20km a été donnée aux secouristes. Etant donné les caractéristiques de la région, les recherches étaient particulièrement compliquées. Il s'agit d'une zone escarpée où les falaises plongent dans la mer, sur la commune de San Giovanni a Piro, à près de 200 km au sud de Naples.
Dimanche, neuf jours après la disparition de Simon Gautier, ils étaient une centaine de spécialistes (pompiers, secours alpins, équipes cynophiles) avec un hélicoptère et des drones. C'est finalement avec une paire de jumelles qu'un membre des secours alpins a repéré un sac en plastique blanc. Dépêchée sur place, une équipe a découvert en contre-bas le sac à dos du jeune homme, puis son corps sans vie. 

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.
Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires