En ce moment
 
 

Mort du chanteur de Prodigy: à travers les hommages, le portrait d'un homme bienveillant

Mort du chanteur de Prodigy: à travers les hommages, le portrait d'un homme bienveillant
Keith Flint, chanteur du groupe The Prodigy, le 9 août 2015 à Incheon, en Corée du SudED JONES

"RIP Keith": le monde de la musique rendait mardi hommage au chanteur de The Prodigy Keith Flint, retrouvé mort la veille à son domicile, au travers de récits dépeignant un homme affable et bienveillant, aux antipodes du personnage démoniaque qu'il incarnait sur scène.

Le corps du chanteur britannique de 49 ans, figure emblématique de la scène rave dans les années 90, connu pour ses grimaces, ses tatouages, ses piercings et ses cheveux coiffés en cornes de diable, a été découvert dans sa maison du comté d'Essex, dans le sud-est de l'Angleterre, par la police locale.

Selon Liam Howlett, membre fondateur du groupe d'électro, Keith Flint "s'est donné la mort au cours du week-end", la police de l'Essex se contentant elle d'affirmer que son décès "n'était pas considéré comme suspect".

The Sun revenait mardi sur les derniers jours du chanteur, une "agonie secrète" marquée, affirme le tabloïd, par la rupture avec sa femme, la DJ japonaise Mayumi Kai, et la mise en vente de leur maison à Dunmow, une imposante demeure entourée d'un mur de briques rouges.

Citant des sources anonymes, le Sun ajoute que Flint aurait sombré dans la dépression après cette séparation, et peut-être recommencé à toucher à la drogue.

L'annonce de la mort de la star a bouleversé les fans de The Prodigy et suscité de nombreuses réactions émues dans le monde de la musique.

C'était un "héros", un "ange", un "saint", a estimé la rappeuse américaine Azealia Banks, dans le quotidien The Guardian. "Je n'oublierai jamais notre rencontre en Australie. La chance d'être sur scène avec toi", ajoute-t-elle. "Tu as été à l'origine d'éléments fondamentaux de mon expression créative".

"Très triste d'apprendre le décès de Keith Flint", a déclaré de son côté le guitariste de Queen Brian May sur son compte Instagram, témoignant lui aussi avoir été marqué par sa rencontre avec Flint.

- Le Grammy de la "gentillesse" -

"J'étais backstage dans un festival où jouait Prodigy peu après la sortie de Firestarter (en 1996, ndlr)" et, vu le style musical très différent de Queen, "je supposais qu'il nous détesterait", raconte Brian May.

"J'ai donc simplement hoché la tête en signe de respect quand je l'ai vu de l'autre côté de la scène". Et là, Keith Flint a "accouru (...) puis a passé cinq bonnes minutes à me dire très chaleureusement combien il aimait notre musique".

"Après ça, je l'ai perçu de manière très différente. Et j'ai encore plus apprécié leurs disques", souligne Brian May.

James Blunt a lui aussi décrit un homme au caractère avenant et généreux. Parfois critiqué pour sa propension à composer des balades romantiques, l'auteur du hit "You're beautiful" (2005) relate sur Twitter une scène survenue lors d'une remise de récompenses. Snobé par le leader du groupe Blur Damon Albarn, moqué par l'ancien guitariste d'Oasis Noel Gallagher, James Blunt se rappelle en revanche avoir été soutenu par Flint.

Il "est venu vers moi, m'a pris dans ses bras et m'a dit à quel point il se réjouissait de mon succès", dit-il. "Dans notre métier, il n'y a pas de prix pour être gentil mais s'il y en avait, ce Grammy serait le tien".

Le décès de Flint pose par ailleurs la question de l'avenir de The Prodigy, alors que le groupe a entamé une tournée internationale pour promouvoir son septième album, "No Tourists", sorti en novembre 2018.

La formation doit notamment se produire en Colombie et en Autriche début avril, avant plusieurs dates aux États-Unis au mois de mai et un retour en Europe, et notamment en France au cours de l'été.

Elle est aussi à l'affiche du festival de Glastonbury, un des plus célèbres au monde, prévu fin juin, et qui lui a également rendu hommage.

C'était un artiste "incroyable" qui "nous donnait tellement de vie et d'énergie", a déclaré sur Twitter la co-organisatrice du festival Emily Eavis, publiant une vidéo de Flint interprétant "Firestarter" à Glastonbury en 1997, "un grand moment que nous n'oublierons jamais".

Vos commentaires