En ce moment
 

Pacte d'investissement: la Commission attend des précisions du gouvernement Michel

Pacte d'investissement: la Commission attend des précisions du gouvernement Michel

(Belga) La Commission européenne ne dispose pas encore d'assez d'informations du gouvernement belge sur ce qu'il entend mettre concrètement dans son pacte d'investissement, en vue d'un feu vert de l'Europe, a indiqué le directeur général adjoint du département Économie et Finances de l'exécutif communautaire, le Belge Servaas Deroose, entendu mercredi en commission du Budget de la Chambre.

La pacte d'investissement du Premier ministre Charles Michel repose sur quelque 60 milliards d'euros de projets de mobilité, transition énergétique, agenda numérique, autorité et infrastructures de l'État. Pour éviter une surcharge au budget de l'État, la Belgique demande à la Commission un réaménagement de sa trajectoire budgétaire de 0,5% de son Produit intérieur brut (PIB). Et ce en respectant le plafond de 3% de déficit public et une réduction du taux d'endettement supérieure à 1% sur une période moyenne de trois ans. Le gouvernement doit aussi démontrer qu'il ne s'agit pas de simples dépenses ajoutées, mais d'investissements à potentiel de croissance à long terme pour l'économie du pays. Les pourparlers entre les exécutifs belge et européen vont donc bon train. Mais la Commission considère qu'il reste encore trop d'ombre sur le contenu exact des 60 milliards, a exposé M. Deroose. "Qu'est-ce qui est public, qu'est-ce qui est public-privé ? Il n'y a pas encore eu d'examen concret du contenu ni des implications vis-à-vis des règles budgétaires européennes", a-t-il commenté. La Commission attend ces précisions. "Il est encore trop tôt pour dire où seront les pierres d'achoppement". La qualité des investissements sera étudiée, sur base d'une liste affinée que le gouvernement doit fournir. Entre-temps, un premier volet du pacte a été bouclé, correspondant à neuf milliards d'euros à l'horizon 2020, à allouer à divers projets dont le soutien au projet Myrrha, la finalisation du RER ou la cybersécurité. Sur ces 9 milliards, 1,733 concerne le fédéral et 7,3 les entités fédérées. (Belga)

Vos commentaires