En ce moment
 

Pas de Novitchok détecté lors de l'incident médical à Salisbury

Russie

(Belga) L'utilisation de Novitchok a été exclue comme raison de l'incident médical qui a eu lieu dimanche à Salisbury, a annoncé lundi matin la police locale. Cette ville anglaise a été le cadre de plusieurs empoisonnements à ce puissant agent innervant conçu en Union soviétique, dont celui de l'ex-agent double Sergueï Skripal en mars dernier.

Un secteur avait été bouclé dimanche par la police à la suite d'un "incident médical" affectant deux personnes, a annoncé la police locale. Les forces de l'ordre s'étaient rendues en fin d'après-midi dans un restaurant italien, le Prezzo, après avoir été alertée par les services de secours. Ces deux personnes, conscientes, étaient traitées sur place, a indiqué une porte-parole des services de secours, citée par l'agence britannique Press Association, ajoutant que quatre ambulances avaient été envoyées, ainsi qu'une équipe spécialisée. "Nous pouvons à présent confirmer que rien ne suggère que le Novitchok est la substance", selon une déclaration de la police de Wiltshire. "A ce stade, on ignore encore si un crime a été commis et les enquêtes sont en cours." Les deux personnes qui se sont senties mal restent pour le moment à l'hôpital, en observation. La police a précisé qu'elle avait mis fin au statut d'incident majeur qu'elle avait invoqué après les premiers rapports des personnes tombant malades. Hospitalisés pendant plusieurs semaines, les Skripal ont survécu à l'empoisonnement, ainsi qu'un policier qui avait été contaminé en leur portant secours. En juin, deux nouvelles personnes ont été contaminées par la même substance. Dawn Sturgess, une mère de trois enfants âgée de 44 ans, avait été hospitalisée dans un état critique et est décédée le 8 juillet. Son compagnon, Charlie Rowley, a pu sortir de l'hôpital quelques jours plus tard. (Belga)

Vos commentaires