En ce moment
 
 

Philip Hammond, le chancelier vent debout contre un Brexit sans accord

Philip Hammond, le chancelier vent debout contre un Brexit sans accord
Le ministre britannique des Finances Philip Hammond, démissionnaire, le 24 juillet 2019Niklas HALLE'N
BREXIT

Le ministre des Finances Philip Hammond, qui a démissionné mercredi avant la prise de fonctions de Boris Johnson comme Premier ministre, s'est forgé la réputation de porte-parole des milieux d'affaires britanniques face au risque d'un Brexit sans accord.

En démissionnant, cet homme de 63 ans aux cheveux argentés, poids lourd du Parti conservateur, retrouve le rang de simple député après avoir tenu successivement les portefeuilles des Transports, de la Défense et des Affaires étrangères des gouvernements de David Cameron puis occupé le poste stratégique de chancelier de l'Echiquier de Theresa May depuis juillet 2016.

M. Hammond s'en va quelques heures avant que le Brexiter Boris Johnson ne devienne officiellement Premier ministre britannique, et avec lequel le courant ne passe pas."Je comprends que ses conditions pour servir dans son gouvernement incluraient l'acceptation d'une sortie sans accord le 31 octobre, et ce n'est pas quelque chose quoi je pourrais jamais adhérer", avait déclaré dimanche M. Hammond sur la BBC.

M. Johnson, fervent défenseur du Brexit, a lui qualifié M. Hammond de "Heart of Remain" ("coeur du maintien").

Le grand argentier britannique est pourtant loin d'être un europhile convaincu mais a fini par adopter un ton plutôt conciliant avec Bruxelles ces trois dernières années, cherchant à se faire l'écho des milieux d'affaires qui redoutent un Brexit sans accord.

"Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir depuis ma position pour m’assurer que le Parlement bloque un Brexit sans accord", a-t-il prévenu la semaine dernière.

Pas dupe sur son sort, il savait ses jours comptés au Trésor mais son départ annoncé avant l'installation officielle du remplaçant de Mme May mercredi avait sonné comme un pied de nez: M. Hammond avait prévenu qu'il ne voulait pas laisser "à M. Johnson la joie de le virer", d'après des confidences de ses proches au Daily Mail.

Le longiligne Philip Hammond avait pourtant su trouver ses marques au Trésor, malgré quelques couacs comme l'humiliant abandon d'une hausse de taxe sur les auto-entrepreneurs, après une levée de bouclier il y a deux ans.

La compagnie des chiffres seyait comme un gant à cet homme discret qui cultive la sobriété. "On ne connaît pas sa couleur. Il se drape de nuances de gris qu'on oublie aussitôt. Il est si discipliné qu'on l'imagine dans un concours de dressage plutôt que de steeplechase", écrivait dès 2013 le journaliste politique Andrew Gimson.

- Ame conservatrice -

Surnommé "Phil le Comptable", il ne manque cependant pas d'humour, maniant l'auto-dérision par exemple lors de la présentation de son premier budget à la Chambre des communes en mars 2017. "Voici les tableaux. J'ai une réputation à honorer !", a-t-il lancé sous les rires de son camp.

Après trois ans comme grand argentier de Theresa May avec qui ses relations ont été parfois orageuses, il s’enorgueillit de rendre les clés d'une maison en ordre, ayant amassé une cagnotte budgétaire de 26 milliards de livres qui pourrait servir à atténuer l'impact négatif d'un éventuel Brexit sans accord.

Avec un nouveau gouvernement conservateur annoncé plus dépensier, M. Hammond se prépare désormais à des batailles parlementaires - un crève-coeur pour ce fils d'ingénieur à l'âme résolument conservatrice. En 1970, il n'a que 14 ans lorsqu'il ressent un "énorme soulagement" en apprenant la défaite du travailliste Harold Wilson aux législatives.

Il grandit dans l'Essex, à l'est de Londres. Contrairement à beaucoup de ses pairs conservateurs - purs produits de l'élite -, il fréquente l'école publiques avant d'obtenir une bourse pour la prestigieuse université d'Oxford, dont il ressort diplômé en politique, philosophie et économie.

Il travaille ensuite dans les secteurs de l'immobilier, du BTP et de l'énergie avant d'être élu député en 1997.

Pendant les treize années où les conservateurs sont dans l'opposition, il joue un rôle clé dans la préparation d'une alternative, en tant que responsable des questions économiques. Cet homme prudent, marié et père de trois enfants, voit son ascension s'accélérer en 2010 avec le retour au pouvoir de son camp.

Vos commentaires