En ce moment
 

Pour Claude Moniquet, cette attaque à Londres est atypique: "On est en face de quelqu'un qui s'est laissé être arrêté tranquillement"

Un homme a foncé mardi avec sa voiture sur des cyclistes et des piétons devant le Parlement à Londres, faisant plusieurs blessés avant de percuter une barrière de sécurité. Une attaque traitée par la police comme un acte "terroriste", un peu plus d'un an après un attentat semblable au même endroit.

Claude Moniquet, expert en contre-terrorisme, était l'invité du plateau de RTL Info 13H. Il revenait sur l'attaque de Londres de ce matin et expliquait qu'il avait remarqué quelques éléments qui n'étaient pas anodins dans la manière avec laquelle l'auteur de cette attaque avait agi.

"On est clairement devant un acte terroriste; un acte intentionnel, qui est un peu en décalage par rapport à ce qu'on a connu dans la "grande" période des attentats entre 2015 et 2017, où par exemple à Londres dans la même quartier, on avait des attaques à la voiture-bélier et puis on sortait un couteau "pour finir le travail", si on peut dire. Là, on est en face de quelqu'un qui s'est laissé être arrêté tranquillement, sans opposer de résistance. Il n'avait manifestement pas prévu de plan après avoir tenté de renverser des civils et d'emboutir la barrière de protection. On est sur quelque chose d'atypique, un peu improvisé, comme a pu l'être l'attentat de Liège il y a quelques mois, en Belgique", détaille l'expert.

>ATTAQUE À LONDRES: DES OFFICIERS LOURDEMENT ARMÉS NEUTRALISENT LE CONDUCTEUR DU VÉHICULE BÉLIER

Que cet acte soit bien un attentat ne laisse presque aucun doute à notre expert en contre-terrorisme:  "Le premier indicateur, c'est que la section antiterroriste de Scotland Yard a été saisie. Après, essentiellement, ce qui marque les esprits, c'est quand même le lieu, la cible: on est dans un quartier qui est extrêmement surveillé, qui a déjà été touché à maintes reprises par des attentats, dans une file de circulation qu'on ne peut pas prendre par accident, parce qu'il est clairement indiqué qu'on est dans un territoire surveillé, donc l'acte intentionnel ne fait pas de doute. (...) Maintenant l'enquête fera la lumière sur l'identité de la personne, ses antécédents, ses liens éventuels, si l'acte est isolé ou est commandité."

Les attaques sont courantes en Angleterre. Et il y a une raison selon notre expert: "L'Angleterre a été frappée à 5 reprises par des attentats, dont 4 fois à Londres. On dénombre 36 morts au cours de ces attaques. Londres est une des cibles principales et idéales pour les djihadistes. Le parlement londonien, c'est vraiment le symbole de la plus vieille démocratie d'Europe. Et évidemment la démocratie, c'est quelque chose que les terroristes n'aiment pas", conclut l'expert. 

Vos commentaires