En ce moment
 

Poutine "ne pense pas" échanger le cinéaste ukrainien Sentsov

Poutine
Vladimir Poutine parlant avec la presse après sa traditionnelle séance de questions-réponses avec les Russes retransmise à la télévision, le 7 juin 2018Kirill KUDRYAVTSEV
Russie

Vladimir Poutine a déclaré jeudi "ne pas penser" échanger le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, emprisonné en Russie pour "terrorisme", contre le journaliste russe Kyrylo Vychynski, arrêté fin mai à Kiev.

"Pour l'instant, nous n'y pensons pas, nous pensons à autre chose, au fait que le bon sens doit l'emporter en Ukraine et nous espérons que nous obtiendrons la liberté du journaliste russe", a-t-il affirmé au cours de sa traditionnelle séance de questions-réponses avec les Russes, retransmise à la télévision.

Le responsable à Kiev de l'agence de presse russe RIA Novosti, le journaliste ukraino-russe Kyrylo Vychynski, a été "arrêté en Ukraine pour ses activités professionnelles", a-t-il martelé.

"En ce qui concerne ce monsieur Sentsov, il a été arrêté en Crimée non pas pour ses activités de journaliste mais pour préparation d'un attentat", a ajouté le président russe.

"Ce sont deux choses complètement différentes et incomparables", a-t-il assuré, qualifiant l'arrestation de M. Vychynski d'"absolument sans précédent et inacceptable".

Opposé à l'annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014, Oleg Sentsov a été condamné en août 2015 pour "terrorisme" et "trafic d'armes". Il purge une peine de 20 ans dans une prison du Grand nord en Russie et observe une grève de la faim depuis plus de trois semaines.

Son procès, qualifié de "stalinien" par l'ONG Amnesty International, a également été dénoncé par Kiev, l'Union européenne et les Etats-Unis.

Arrêté fin mai à Kiev, le journaliste ukraino-russe Kyrylo Vychynski a quant à lui été inculpé de "haute trahison" par la justice ukrainienne, un crime passible de 15 ans de prison.

Mercredi, le président du Conseil européen Donald Tusk a appelé l'UE et le G7 "à soutenir" Oleg Sentsov.

"Notre solidarité peut lui sauver la vie", a-t-il ajouté.

Vos commentaires