En ce moment
 

Premier feu vert des députés européens en vue d'une exemption de visa pour les Kosovars

(Belga) Les députés européens ont largement soutenu jeudi une proposition de la Commission visant à exempter de visas les ressortissants du Kosovo, alors que ce pays n'est toujours pas reconnu par cinq Etats de l'Union.

Concrètement, les députés de la commission des Affaires intérieures ont approuvé par 30 voix pour, 10 contre et 2 abstentions l'ouverture de négociations à ce sujet avec les États membres (le Conseil). Si l'exemption de visa devait être approuvée en fin de parcours législatif, les ressortissants kosovars titulaires d'un passeport biométrique n'auront plus besoin de visa pour se rendre dans les pays de l'UE (sauf l'Irlande et le Royaume-Uni) ni dans les pays associés à l'espace Schengen (Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse) pour les séjours n'excédant pas 90 jours. Le commissaire européen aux migrations, Dimitris Avramopoulos, s'est réjoui du large soutien affiché mercredi matin par les eurodéputés. Le Kosovo a fait de grands progrès au cours des deux dernières années pour satisfaire aux deux dernières exigences en vue d'une libéralisation du régime des visas, avait-il assuré récemment, faisant allusion à la question de la délimitation des frontières et à celle de la lutte contre le crime organisé et la corruption. "J'espère voir rapidement arriver ce moment où la région des Balkans occidentaux toute entière sera exemptée de visa", a-t-il commenté sur Twitter. Cette exemption existe déjà depuis près de huit ans pour les citoyens du Monténégro, de la Serbie, de l'ancienne République yougoslave de Macédoine, de l'Albanie et de la Bosnie-Herzégovine. Plus à l'est, Moldavie, Géorgie et Ukraine sont aussi sous le régime de déplacement sans obligation de visa. De leur côté, le président du Kosovo Hashim Thaçi et le président serbe Aleksandar Vucic continuent de se rencontrer sous l'égide de la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini pour normaliser les relations entre Belgrade et Pristina. L'Union Européenne est toujours divisée sur l'indépendance du Kosovo, rejetée par cinq de ses États membres (Espagne, Roumanie, Grèce, Chypre et Slovaquie), mais elle exige des relations normalisées entre la Serbie et ce pays, qui aspirent à entrer dans l'Union. L'unanimité n'est plus nécessaire pour décider d'accorder une exemption de visas. Une majorité dite "qualifiée" (55% des États membres, représentant 65% de la population de l'UE) suffit. (Belga)

Vos commentaires