Quais du polar: Lyon à l'heure du crime et de l'Italie

Quais du polar: Lyon à l'heure du crime et de l'Italie
L'écrivain français Caryl Ferey, le 4 mars 2017Guillermo LEGARIA
Italie

Toute la planète polar se retrouve à partir de vendredi à Lyon, avec 120 écrivains venus du monde entier, de Camilla Läckberg à Douglas Preston, Caryl Férey ou Ian Rankin, et un coup de projecteur exceptionnel sur l'Italie.

De plus en plus internationale, cette 14e édition de Quais du polar accueille jusqu'à dimanche des stars de quinze nationalités qui investiront la ville à la rencontre du public.

En 2017, le festival avait accueilli 80.000 visiteurs qui ont acheté aux libraires indépendants plus de 30.000 livres, dont des romans historiques de l’Écossais Philip Kerr, invité l'an dernier de Quais du polar et mort en mars à l'âge de 62 ans.

Souvent moins connus que les maîtres du polar anglo-saxons ou scandinaves, plus d'une quinzaine d'auteurs italiens sont mis cette année à l'honneur: Donato Carrisi, Luca Di Fulvio, Nicola Lagioa, Carlo Lucarelli, Maurizio de Giovanni, Valerio Varesi...

Parmi eux, Antonio Lanzetta, le "Stephen King italien", fait partie du renouveau du genre amorcé de l'autre côté des Alpes. Avec un sens affûté de l'intrigue, il met en scène l'Italie du Sud, où il a grandi et vit aujourd’hui. Son roman "Le Mal en soi" est sorti en mars.

Quais du polar s'intègre dans la programmation du Centenaire de la Paix organisé par la ville de Lyon en 2018, avec notamment la présence du grand auteur de BD Jacques Tardi pour un concert illustré à l'Auditorium baptisé "Putain de guerre !". Plusieurs écrivains viendront aussi parler de la Première Guerre mondiale.

Le festival célèbre également les 50 ans de mai 68 avec un plateau d’auteurs français et étrangers.

- Serial killer et fantôme sicilien -

Parmi les autres grands thèmes du festival, le roman post-apocalyptique, l'écologie (en lien avec le Musée des Confluences), les nouvelles utopies, le renouveau du roman noir américain, ou encore l'art.

Ainsi, le Grec Christos Markogiannakis, auteur de "Scènes de crime au musée du Louvre", livrera en nocturne son interprétation des œuvres du musée des Beaux-Arts de Lyon, ainsi que Joann Sfar ou le Sud-Africain Deon Meyer.

La BD figurera aussi en bonne place avec notamment Fabien Nury dont le 3e tome de "Tyler Cross" vient de paraître.

Le comédien Philippe Torreton, sur scène actuellement à Lyon dans "Bluebird" au théâtre des Célestins, sera vendredi l'invité de la "Dictée noire" destinée aux scolaires, suivie d'une dictée ouverte à tous le lendemain, avec l'auteur Romain Slocombe.

Musées, médiathèques, librairies, dont une géante au Palais de la Bourse, prisons ou hôpitaux accueilleront des animations.

Plusieurs masterclass, conférences, rencontres et débats - tel celui sur le "serial killer" avec Douglas Preston, qui publie avec Lincoln Child "Nuit sans fin"- feront vibrer le public. Sans oublier les séances de dédicaces, très prisées des fans.

A chaque édition, Quais du polar propose de découvrir Lyon via une "enquête urbaine". Ce sera cette fois une "Vengeance toscane", qui mènera les fins limiers du Centre d'histoire et de la résistance jusqu'à l'Hôtel de Ville, en passant par la gare de la Part-Dieu.

Quant aux cinéphiles, ils pourront plonger dans le noir ce week-end à l'Institut Lumière, où six auteurs, dont l'Américain Harlan Coben, présenteront leur film favori. Le thriller fantastique "Sicilian Ghost Story", qui ouvrira la Semaine de la critique à Cannes en mai, sera projeté en avant-première.

Cinq prix littéraires seront décernés avec, pour la première fois, des détenus de cinq établissements pénitentiaires jurés du Prix des lecteurs.

Vos commentaires