En ce moment
 

Quand Yves Mattagne et Pierre Résimont, deux grands chefs étoilés belges, sont au bout du rouleau dans les cuisines d'une croisière de luxe (vidéo)

Quand Yves Mattagne et Pierre Résimont, deux grands chefs étoilés belges, sont au bout du rouleau dans les cuisines d'une croisière de luxe

Ce soir le magazine Reporters vous emmène à bord du plus grand navire d’Europe dans les coulisses d’une croisière particulière : celle des chefs étoilés. 7 grands noms de la gastronomie belge et une mission : proposer aux 189 passagers tous les jours des menus 5 étoiles. Non sans peine et sans difficulté.

Le MSC Miravilia porte bien son nom, car ça veut dire merveille en italien. Long de 315 mètres, il peut embarquer 5.700 passagers. Il est le fleuron de la compagnie et parfaitement adapté à une nouvelle jeune génération de touristes.


"Où sont les autres cuistots ? Parce qu’il y a beaucoup de boulot"

À son bord, la nourriture joue un rôle important et le service est assuré 20h/24 dans douze lieux différents. Dans les immenses cuisines, tout est organisé et réglé comme du papier à musique. Le jour du tournage de notre équipe, l’ambiance est différente, car ce sont Yves Mattagne et Pierre Résimont qui y cuisinent. Ils ont deux étoiles chacun au Guide Michelin, mais ce soir-là, les choses ne se passent pas comme elles devraient se passer et c’est dans une langue qui n’est pas la leur qu’ils doivent tenter de se faire comprendre. "Je suis fatigue, prendre ça, demander ceci ou cela", s’énerve le chef Mattagne. "Où sont les autres cuistots ? Parce qu’il y a beaucoup de boulot", renchérit Pierre Résimont. "Le personnel n’a jamais l’habitude de travailler avec nous, parce que ce n’est pas de la gastronomie ici à bord. Donc déjà, il faut leur expliquer", ajoute encore Yves.

C’est pourtant leur nom et leur réputation qui sont en jeu, ils doivent donc tout faire pour ne pas décevoir. D’ailleurs quand les portes de la salle du restaurant s’ouvrent, aucun de 189 Belges qui ont payé pour avoir des étoiles dans les assiettes n’imagine qu’en cuisine, une véritable course contre la montre vient de commencer.

Vos commentaires