En ce moment
 
 

Royaume-Uni: le ministre des Finances défend l'accord commercial avec l'UE

Royaume-Uni: le ministre des Finances défend l'accord commercial avec l'UE
Photo de Jeremy Hunt fournie par le Parlement britannique, le 17 novembre 2022 Jessica TAYLOR
 
 

Le ministre des Finances britannique Jeremy Hunt a défendu l'accord commercial post-Brexit signé par le Royaume-Uni avec l'Union européenne, le décrivant comme "excellent" mercredi devant la commission parlementaire au Trésor.

Il a par ailleurs nié être à l'origine de fuites de presse selon lesquelles Downing Street envisagerait l'option de rejoindre le marché unique par l'intermédiaire d'une relation comme celle qui lie l'UE et la Suisse, qui n'appartient pas à l'UE.

Les conservateurs eurosceptiques se sont émus à la lecture d'un article du Sunday Times affirmant dimanche que des hauts membres du gouvernement travaillaient à regagner accès au marché unique européen. M. Hunt a été désigné comme la source de ces informations car il a publiquement admis que l'accord de Brexit (TCA) signé par Boris Johnson, l'ex-Premier ministre et architecte du Brexit, avait créé des barrières commerciales avec Bruxelles.

Mercredi, il a scandé devant la commission au Trésor: "je n'ai jamais soutenu ou envisagé aucun accord qui s'écarterait du TCA". Il a toutefois ajouté qu'"enlever les barrières physiques au commerce comme ce qui se passe à la frontière franco-suisse, ou suédo-norvégienne, peut-être d'une manière qui soit pertinente dans le cadre du protocole nord-irlandais, c'est ma position publique depuis déjà un certain temps".

Lundi, en réaction à la polémique générée par l'article du Sunday Times au Royaume-Uni, en particulier parmi les "brexiteurs", le Premier ministre Rishi Sunak avait déjà défendu le Brexit, pourtant de plus en plus impopulaire au sein de la population britannique, notamment au sein de la communauté d'affaires.

"Laissez-moi être sans équivoque à ce sujet. Sous mon autorité, le Royaume-Uni ne cherchera aucune relation avec l'Europe qui repose sur l'alignement sur les lois de l'UE", a déclaré Rishi Sunak, pro-Brexit de la première heure, lors d'une conférence de la CBI, la principale organisation patronale du pays, ajoutant que le Brexit "apportait déjà d'importants bénéfices et opportunités pour le pays".

Le Royaume-Uni est sorti du marché unique début janvier 2021, cinq ans après le vote du Brexit, même si les échanges continuent d'être largement exempts de droits de douane, mettant fin à la liberté de mouvement et ne contribuant plus financièrement à l'UE.

La Suisse n'est pas dans l'UE, mais entretient des relations privilégiées avec elle par l'intermédiaire de nombreux accords bilatéraux et est notamment associée au marché intérieur de l'UE, à l'accord de Schengen, tout en faisant des versements à des pays membres de l'UE.

Mercredi, Jeremy Hunt a par ailleurs affirmé que les aides à l'énergie gouvernementales ne seraient pas étendues au-delà du printemps 2024 même si les factures du gaz et de l'électricité restent élevées.

Selon lui, ce soutien coûtera 80 milliards de livres cette année au gouvernement et probablement "la moitié l'an prochain".

"Nous aurons besoin que tout le monde participe à résoudre ce problème si l'on ne veut pas un fardeau énorme de plus sur les contribuables, ce qui conduirait à terme à des impôts élevés qui ne sont pas souhaitables", a-t-il déclaré.

Interrogé sur l'instabilité politique au Royaume-Uni, qui a vu se succéder trois premiers ministres et quatre chanceliers de l'Echiquier en un an, il a souligné que son budget présenté la semaine dernière et axé sur la rigueur, les hausses d'impôts et baisses de dépenses, visait à "ramener la stabilité économique et la cohérence des politiques économiques".


 

Vos commentaires