Russie: un Témoin de Jéhovah danois condamné à six ans de prison pour "extrémisme"

Russie: un Témoin de Jéhovah danois condamné à six ans de prison pour
Le Danois Dennis Christensen, Témoin de Jéhovah accusé "d'extrémisme", arrive au tribunal de la ville russe d'Orel le 6 février 2019Mladen ANTONOV
Russie

La justice russe a condamné mercredi un membre danois des Témoin de Jéhovah, mouvement religieux interdit depuis 2017 en Russie, à six ans de prison pour "extrémisme", provoquant l'indignation du Danemark.

Dennis Christensen était jugé depuis quasiment dix mois à Orel, une petite ville située 400 kilomètres au sud de Moscou, pour "organisation des activités d'une organisation extrémiste".

Iaroslav Sivoulski, un porte-parole en Russie des Témoins de Jéhovah, a indiqué que l'organisation avait l'intention de faire appel. "Nous regrettons la condamnation de Dennis Christensen, un homme innocent qui n'a commis aucun vrai crime", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Dennis Christensen avait été arrêté avec d'autres Témoins de Jéhovah en mai 2017 à Orel pendant un office religieux par les services de sécurité russes (FSB), quelques semaines après l'interdiction de cette organisation en Russie.

Les autres membres du mouvement religieux avaient été rapidement libérés mais Dennis Christensen, aujourd'hui âgé de 46 ans, était depuis resté en détention. Son procès avait débuté en avril 2018 et fin janvier, le parquet avait requis six ans et demi de prison contre ce Danois résidant de longue date en Russie et marié à une Russe.

"J'espère que ce jour est le jour où la Russie défendra la liberté de religion", avait déclaré M. Christensen mercredi en entrant dans la salle d'audience, selon un journaliste de l'AFP.

Lors de sa dernière déclaration avant les délibérés, Dennis Christensen avait déclaré la semaine dernière n'avoir "commis aucun crime".

Ce verdict a provoqué l'indignation du Danemark. Son ministre des Affaires étrangères Anders Samuelsen, cité par l'agence de presse Ritzau, a jugé "inadmissible que les Témoins de Jéhovah soient qualifiés d'organisation extrémiste et classés dans la même catégorie que les organisations terroristes violentes".

Pour sa part, l'Union européenne a déclaré dans un communiqué "s'attendre à une libération immédiate et sans conditions" de M. Christensen, soulignant que "personne ne doit être emprisonné pour des actes de culte pacifiques visant à exprimer ses croyances religieuses".

- "Injustice" -

Mouvement fondé dans les années 1870 aux Etats-Unis par Charles Russel, les Témoins de Jéhovah se considèrent comme les seuls à restituer un christianisme des origines. Ils sont régulièrement accusés de dérives sectaires pour leurs préceptes rigoristes.

Aux yeux de la puissante Eglise orthodoxe russe, les Témoins de Jéhovah sont une secte qu'elle juge dangereuse.

Les Témoins de Jéhovah, qui disaient alors avoir 172.000 membres en Russie, ont été interdits en avril 2017 par la Cour suprême et le mouvement est désormais considéré comme "extrémiste" par le ministère de la Justice.

De nombreux supporters de M. Christensen s'étaient déplacés pour le verdict et étaient présents au tribunal.

"La condamnation (de M. Christensen) est ridicule. La seule chose qu'il 'organisait' était la collecte des poubelles et le nettoyage de la neige", a expliqué à la sortie du tribunal une femme nommée Svetlana, qui a refusé de donner son nom de famille.

Les organisations de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) et Amnesty International ont dénoncé une campagne de "persécution religieuse" contre les Témoins de Jéhovah en Russie. HRW a accusé les autorités d'avoir procédé "à des dizaines de perquisitions, de raids, d'interrogatoires et d'autres actes de harcèlement et de persécution".

Amnesty a qualifié la peine infligée à Dennis Christensen "d'incarnation de l'injustice du système judiciaire russe". C'est "une peine sévère pour un homme qui n'a commis aucun crime selon les conventions internationales", a déclaré à l'AFP Alexandre Artemev, un responsable de l'ONG.

"Visiblement il y avait des motifs pour l'accuser", a réagi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, se refusant à tout autre commentaire.

L'organisation russe de défense des droits de l'Homme Memorial considère 19 membres des Témoins de Jéhovah comme des "prisonniers politique" et estime que 81 au total sont "persécutés pour leur foi".

La semaine dernière, un homme accusé d'être le responsable de la section locale d'Ivanovo (nord-est de Moscou) des Témoins de Jéhovah a été arrêté par le FSB.

Vos commentaires