En ce moment
 
 

S'asseoir sur les escaliers de la Piazza di Spagna à Rome peut vous coûter cher: jusqu'à 400 euros d'amende

S'asseoir sur les escaliers de la Piazza di Spagna à Rome peut vous coûter cher: jusqu'à 400 euros d'amende

À Rome, les touristes et les habitants ne peuvent désormais plus s'asseoir sur les marches des escaliers de la Trinité des Monts, sur la Piazza di Spagna. Une mesure qui vise à protéger ce lieu touristique des conséquences du sur-tourisme. En cas de non-respect de cette interdiction, les contrevenants risquent jusqu'à 400 euros d'amende.

Rome est notamment célèbre pour les escaliers de la Place d’Espagne, incontournables pour les touristes du monde entier. La capitale italienne sera peut-être bientôt aussi célèbre pour les coups de sifflet des agents de police présents sur place. Ceux-ci veillent à ce que personne ne s'asseye sur les marches de l'escalier de la Trinité des Monts.


Jusqu'à 400 euros d'amende

Plus question de faire une pause sur les 135 marches de l’escalier de la Trinité des Monts, sous peine d’une amende allant de 150 à 400 euros. Une mesure que les touristes peinent à comprendre, comme ce couple d'Américains, qui a découvert l'information sur internet. "Je trouve ça ridicule. C'est idiot. C'est seulement pour se reposer un peu, on finit quand même par partir."

D'autres comprennent la décision, mais trouvent l'amende un peu trop lourde. "Je pense que c’est une bonne idée de ne pas laisser les gens s’asseoir sur ces escaliers", réagit un touriste espagnol. "Ils sont anciens, et peuvent être facilement abîmés. Peut-être que l’amende est un peu excessive."


"Il est aussi interdit de manger ou écrire sur les marches"

La police municipale, de son côté, prend cette interdiction au sérieux. À peine assis, vous êtes priés de vous relever. "Interdiction de s’asseoir ici !", insiste Antonio Di Maggio, chef de la police municipale de Rome. "Il est aussi interdit de manger ou écrire sur les marches. D’autres comportements sont bannis, comme par exemple vendre des produits sans permission ou encore s’habiller comme un ancien officier Romain pour prendre des photos avec les touristes."

L'objectif est de préserver ce trésor architectural du 18ème siècle. Les habitants de Rome, quant à eux, sont mitigés. Certains soutiennent la décision, d'autres déplorent ses conséquences pour la convivialité du quartier. "Je vis ici depuis 30 ans et je travaille tous les jours à la Place d’Espagne", raconte Enrico. "Ces marches sont un lieu important pour les résidents et les touristes, pour pouvoir se rencontrer et discuter."

Des mesures similaires avaient déjà été prises pour préserver la fontaine de Trevi, il y a deux ans. Aujourd’hui encore, les gardiens veillent au grain, aux abords de la fontaine.

Vos commentaires