En ce moment
 
 

Sanchez promet d'augmenter les retraites et fait face à des sondages décevants

Sanchez promet d'augmenter les retraites et fait face à des sondages décevants

(Belga) Le Premier ministre espagnol sortant Pedro Sanchez a promis lundi d'augmenter les pensions de retraite et le salaire minimum en présentant son programme pour les législatives du 10 novembre alors que les sondages déçoivent ses attentes.

"En décembre, nous mettrons à jour les pensions de 2020 en les indexant sur l'indice réel des prix à la consommation", a annoncé M. Sanchez devant les cadres de son Parti socialiste. Les pensions de retraite ne sont plus indexées sur l'inflation depuis 2014, une décision prise par le gouvernement conservateur pendant la crise, pour rééquilibrer les comptes publics. Il a également promis de revoir à la hausse le salaire minimum, qu'il avait déjà augmenté de 22%, le portant à 1.050 euros par mois en janvier. Il s'est fixé pour objectif de porter le salaire minimum "à la fin de la législature qui vient à 60% du salaire moyen". Le salaire mensuel moyen en Espagne était de 1.970 euros bruts (sur 12 mois) en 2017, selon les derniers chiffres disponibles. Mais pendant qu'il mettait au point son programme, une série de sondages est venue augurer qu'il aura du mal à réunir une majorité de gouvernement pour le mettre à exécution. L'Espagne tiendra le 10 novembre ses quatrièmes élections législatives en quatre ans, M. Sanchez n'étant pas parvenu à obtenir les soutiens suffisants pour être reconduit au pouvoir par les députés après une victoire électorale trop courte en avril dernier. Il demande aux électeurs de lui donner une majorité plus ample pour pouvoir gouverner, comme vient de le réussir son homologue portugais Antonio Costa. Mais si tous les sondages récent placent le PSOE en tête ils ne lui prédisent au mieux que 4 sièges de plus que les 123 (sur 350) obtenus en avril, encore loin des 176 requis pour la majorité absolue (selon un sondage publié lundi par le journal conservateur El Mundo). La gauche radicale Podemos, avec laquelle il a essayé en vain de former un programme commun, perdrait jusqu'à 10 sièges, au profit d'un nouveau parti dissident, Mas Pais. Les libéraux de Ciudadanos, qui se sont refusés à s'allier avec lui pour former une majorité quand ils avaient remporté 57 sièges s'effondrent dans toutes les enquêtes. Le sondage de Sigmas dos pour El Mundo ne lui prédit plus que 24 sièges. En face, le Parti populaire qui s'était effondré après que Pedro Sanchez l'eut évincé du pouvoir grâce à une motion de censure, ne cesse de regagner du terrain, mais sans pouvoir espérer former une majorité même avec l'appui de Ciudadanos et Vox, le parti d'extrême droite qui avait remporté 24 sièges en avril. (Belga)

Vos commentaires