En ce moment
 

Theo Francken demande à la police albanaise d'intensifier ses contrôles à la frontière

Theo Francken demande à la police albanaise d'intensifier ses contrôles à la frontière

(Belga) Le secrétaire d'Etat belge à l'Asile et à la Migration, Theo Francken, a prié vendredi les représentants de la police des frontières albanaise d'intensifier ses contrôles alors que la Belgique constate l'arrivée croissante à Brussels Airport de ressortissants albanais qui ne sont pas en ordre de séjour.

Le nombre de citoyens albanais arrivé en Europe depuis la libéralisation des visas est en augmentation. Mais cette libéralisation n'absout pas les candidats au départ de satisfaire à certaines conditions. M. Francken a rencontré vendredi à Tirana, à son invitation, le chef de la police nationale, Veliu Ardi. Reprenant une rhétorique trumpienne, il l'a prié de passer à l'"extreme vetting" concernant les candidats albanais au départ. "Les tours opérateurs demandent de s'assurer que les documents de voyage sont en ordre mais il y a plus que la validité. Il s'agit de vérifier l'objectif du voyage et les moyens mis à disposition (cash suffisant, pas 50 euros, une carte de crédit)", explique le directeur de l'Office des étrangers, Freddy Roosemont. "Zaventem le fait mais l'Albanie doit le faire au départ", précise-t-il. Actuellement, 150 ressortissants albanais sont enfermés au centre Caricole du 127bis à Zaventem en vue de leur rapatriement. 136 ont déjà été expulsés dernièrement. "Parfois, il s'agit de fraude, parfois, simplement, il s'agit d'une vieille dame qui n'est pas en ordre par ce qu'elle n'a pas été correctement informée", indique Theo Francken. Une délégation albanaise, composée de la hiérarchie policière et de la ministre adjointe à l'Intérieur, Rovena Voda, se rendra en Belgique à la fin du mois de mai. Les autorités albanaises se montrent volontaristes alors que le pays frappe à la porte de l'Union européenne et que le Premier ministre Charles Michel se rend à Tirana lundi. Cette délégation entend notamment prendre la mesure de la problématique de l'asile également mise en avant par la Belgique. Les citoyens albanais figurent parmi les principaux demandeurs d'asile alors que le statut de "pays sûr" leur ôte pratiquement toute possibilité de reconnaissance. Les autorités albanaises souhaitent savoir de quelles régions proviennent ces demandeurs d'asile et quels sont les renseignements échangés. (Belga)

Vos commentaires