Tirreno-Adriatico: Roglic en costaud, Thomas nouveau leader

Tirreno-Adriatico: Roglic en costaud, Thomas nouveau leader
Le Slovène Primoz Roglic lors du Tour de France le 19 juillet 2017Jeff PACHOUD

Le Slovène Primoz Roglic (Lotto NL) s'est imposé en solitaire et en costaud lors de la 3e étape de Tirreno-Adriatico, la plus longue de l'épreuve, qui a vu le maillot bleu de leader changer à nouveau de propriétaire pour arriver sur les épaules de Geraint Thomas (Sky).

Entre Follonica et Trevi, le peloton avait 239 kilomètres à courir avec pour finir deux boucles sur le difficile circuit d'arrivée qui menait sur les hauteurs de Trevi via quelques passages à plus de 13%.

Le premier tour de circuit n'a eu aucun autre effet que celui d'absorber la longue échappée de cinq coureurs partie tôt dans la journée.

Au deuxième passage en revanche, la Team Sky de Chris Froome s'est installée en tête de groupe pour dicter le rythme, déjà trop élevé pour Peter Sagan et le Colombien Miguel Lopez Moreno, leader de l'équipe Astana.

Mais devant, Roglic a réussi à sortir et à creuser un petit écart, d'abord très modeste, mais qui s'est suffisamment creusé pour lui permettre d'éviter le retour des quelques contre-attaquants sortis du groupe dans les tous derniers mètres.

Le coureur de l'équipe Lotto NL a donc finalement gardé trois secondes de marge sur Adam Yates (Mitchelton-Scott) et six sur Tiesj Benoot (Lotto-Soudal), vainqueur samedi des Strade Bianche.

- Bardet satisfait -

Arrivé 4e à sept secondes, le Britannique Geraint Thomas s'empare de son côté du maillot de leader, qui ne cesse de changer d'épaules depuis le départ. Le Néo-Zélandais Patrick Bevin (BMC), qui le portait au départ de l'étape, a chuté à une trentaine de kilomètres de l'arrivée et s'est retrouvé en difficulté dès l'entrée sur le circuit final.

"Je vais essayer de garder ce maillot, mais si je ne peux pas, j'espère que Froomey (Chris Froome, ndlr) pourra le prendre, ou quelqu'un d'autre de l'équipe, comme Michal (Kwiatkowski)", a déclaré le nouveau leader du général.

La plupart des candidats à la victoire finale sont arrivés ensemble, à une poignée de secondes de Thomas, comme Romain Bardet, 8e de l'étape.

"Les jambes répondent bien. Demain, une étape de montagne, on en saura plus. Les routes sont très cabossées, il faut être vigilant. Mais le cadre est sublime, on découve la campagne italienne", a-t-il déclaré.

Samedi, la course pourrait basculer avec son étape la plus dure, 219 kilomètres entre Foligno et Sassotetto, avec une arrivée en altitude, au bout d'une montée de près de 15 kilomètres à 6% de moyenne, avec quelques passages à 15%.

Vos commentaires