En ce moment
 
 

Un chef-d'oeuvre de Nicolas de Staël aux enchères: possible record mondial

Un chef-d'oeuvre de Nicolas de Staël aux enchères: possible record mondial
Une femme devant la toile de Nicolas De Staël, "Parc des Princes", le 16 octobre 2019, mise aux enchères le 17 octobre 2019BERTRAND GUAY

Estimé entre 18 et 25 millions d'euros, un chef-d'oeuvre de Nicolas de Staël, "Parc des Princes", datant de 1952, est proposé jeudi soir aux enchères à Paris, avec un possible nouveau record mondial pour le peintre français d'origine russe, selon Christie's.

L'actuel record pour Nicolas de Staël, né Nikolaï Vladimirovitch Staël von Holstein à Saint-Pétersbourg, a été établi par la toile "Nu debout", adjugée par Christie's à New York en 2018 pour 12,1 millions USD (11 millions EUR).

Prêtée au musée Picasso d'Antibes, "Parc des Princes", toile référencée de 2,5 m x 3 m, est mise sur le marché pour la première fois.

Détenue par les descendants du peintre depuis son décès en 1955 à 41 ans, l'oeuvre n'a été exposée qu'une dizaine de fois: à New York en 1953, puis à Paris au Musée national d'art moderne en 1956, avant la Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence en 1972, le Grand Palais à Paris trois ans plus tard, puis Londres et Madrid en 1991. La toile a été à nouveau montrée à Paris en 2003, au Centre Pompidou.

"Cette peinture monumentale fut réalisée en 1952, année durant laquelle le peintre et sa femme assistèrent à un match de football entre la France et la Suède, au Parc des Princes. De Staël fut si subjugué par l’intensité du jeu qu’il passa toute la nuit dans son studio, à traduire son expérience sur la toile", souligne Christie's.

Pour le spécialiste Pierre Martin-Vivier, directeur du département XXe siècle de Christie's, "+Parc des Princes+ représente un tournant dans la carrière de l'artiste, lorsqu’il était alors divisé entre abstraction et figuration".

"Entre ciel et terre, sur l’herbe rouge ou bleue une tonne de muscles voltige en plein oubli de soi avec toute la présence que cela requiert, en toute invraisemblance. Quelle joie! René, quelle joie! Alors, j’ai mis en chantier toute l’équipe de France, de Suède et cela commence à se mouvoir un tant soit peu", a confié Nicolas de Staël dans une lettre adressée à son ami le poète René Char le 10 avril 1952.

Les mois suivants, le peintre travailla à une série de 24 peintures consacrées au football, appelée "Les Footballeurs" ou "Parc des Princes".

Au cours de la vente consacrée jeudi soir à l'avant-garde et aux grands maîtres du XXe siècle, des oeuvres de René Magritte, Max Ernst, Pablo Picasso, Yves Klein, Serge Poliakoff, Paul Klee, Alberto Giacometti, Jean Dubuffet ou Joan Miro seront également proposées.

Vos commentaires