En ce moment
 
 

Un laboratoire londonien recherche 24 volontaires pour se faire injecter le coronavirus

Un laboratoire londonien recherche 24 volontaires pour se faire injecter le coronavirus
©BELGA
CORONAVIRUS

Un laboratoire londonien se dit prêt à effectuer des tests cliniques concernant le coronavirus sur des humains. Les courageux volontaires peuvent désormais s'inscrire pour participer à un essai clinique où ils seront infectés par une souche de coronavirus dans le cadre d'un effort mondial pour trouver un vaccin, nous apprend le site Mylondon.news. 

Selon l'annonce, ils seront payés 3 500 livres (soit près de 4000 euros) pour passer deux semaines en quarantaine, ce qui peut sembler tentant au début... Mais ils ne seront pas autorisés à entrer en contact physique avec le monde extérieur.

L'unité, basée dans l'Est de Londres, testera jusqu'à 24 personnes à la fois dans le but de trouver un vaccin d'ici l'hiver prochain, pour aider à protéger les personnes âgées et celles ayant des problèmes de santé sous-jacents pendant la "saison de la grippe''.

Avant d'être sélectionnés, les volontaires seront interrogés sur leurs antécédents médicaux et subiront des tests sanguins, urinaires et cardiaques.  

Une fois sélectionnés, les volontaires seront maintenus dans une unité du Queen Mary BioEnterprises Innovation Center à Whitechapel située dans l'est de Londres, après avoir été infectés par deux souches courantes de coronavirus, 0C43 et 229E, qui ne causent qu'une maladie respiratoire bénigne. Ils sont légèrement différents du coronavirus Covid-19 qui balaie actuellement le monde.

Les cobayes ressentiront les symptômes d'une toux ou d'un rhume, qui modéliseraient ceux de Covid-19, et on pense que tout traitement utilisé contre ces virus avec succès pourrait également fonctionner dans le monde réel.

Les infirmières et les médecins entreront quotidiennement dans la salle pour des prélèvements nasaux réguliers, des analyses de sang et pour recueillir les tissus sales (qui seront ensuite pesés pour mesurer leur "charge virale") et devront porter des vêtements de protection et des respirateurs.

Le but d'une telle expérience est de permettre aux chercheurs et aux laboratoires pharmaceutiques de tester l'efficacité de nouveaux virus et médicaments antiviraux dans un environnement sûr.

Quelles sont les consignes à suivre si on présente des symptômes et qu'on revient d'une région avec des cas déjà recensés ?

Les consignes sont les mêmes pour tout le monde. Une personne qui présente de symptômes grippaux en général : apparition brutale de température (à partir de 38 ), signes respiratoires, dyspnée (difficulté respiratoire) etc. qui revient d’une région à risque (nord de l’Italie, pays asiatiques, le département de l’Oise en France…) dans laquelle elle a séjourné dans les 14 jours. Dans ce cas-là, il faut prendre des précautions particulières: il faut téléphoner au médecin généraliste, surtout ne pas se rendre aux urgences parce que là on va entrer en contact avec un tas d’autres personnes, si jamais on est porteur du virus on va le diffuser. Donc téléphoner au médecin, lui expliquer la situation et le médecin soit ira à domicile, soit fera venir le patient à un moment où il n’y a personne dans sa salle d’attente.

Quels sont les groupes à risque ?

Les groupes à risque sont les personnes âgées et les personnes fragilisées (maladies chroniques).

Où trouver des explications sur le coronavirus ?

Il y a deux sites internet:

www.sciensano.be
www.info-coronavirus.be

Un numéro vert est également activé: 0800 14 689

 

 

Vos commentaires