Une survivante de l'effondrement du viaduc à Gênes raconte: "Pour me signifier qu'elle était encore en vie, ma fille m’a caressé la main" (vidéo)

Une survivante de l'effondrement du viaduc à Gênes raconte:

L'Italie commençait vendredi à enterrer, en pleine polémique, les dizaines de personnes tuées dans l'effondrement du pont autoroutier à Gênes pendant que les sauveteurs continuaient inlassablement à chercher les disparus sous les décombres.

Les secours poursuivent leur travail à Gênes, après l'effondrement du viaduc Morandi. Dans les gravats, les secouristes recherchent ceux qui manquent à l’appel : sous les blocs de béton, 10 à 20 personnes pourraient encore être coincées. Les rescapés qui ont pu s’en extraire témoignent. Marina et sa fille ont vécu la catastrophe. "J'ai perdu connaissance. Quand je me suis réveillée, j'étais coincée dans les décombres et je tenais la main de ma fille. Je ne pouvais pas la voir parce qu'elle était complètement recouverte. J'ai commencé à demander de l'aide, à crier pour qu’ils viennent aider ma fille, pour qu’ils la sortent de là. Elle ne pouvait pas me parler mais pour me faire comprendre qu'elle était encore en vie, elle m’a caressé la main".


Des familles boycotteront la cérémonie officielle en hommage aux victimes

Depuis mercredi, le bilan provisoire n’a pas évolué : 38 morts et 15 blessés. L’Italie se prépare à leur rendre hommage : une journée de deuil national et une cérémonie solennelle de funérailles sont organisées samedi. Mais plusieurs familles de victimes ont déjà annoncé boycotter l’événement, estimant que l’Etat est responsable de l’effondrement du pont. "Mon fils ne sera pas un numéro dans la liste des décès causés par les défaillances italiennes", a écrit sur Facebook Roberto Battiloro, le père d’une victime.


Une vidéo tournée deux jours avant le drame montre des fissures

En Italie, la controverse autour du pont ne cesse de prendre de l’ampleur. Des journaux rapportent que des ingénieurs avaient signalé des anomalies dans le viaduc bien avant l’effondrement. Sur une vidéo prise sur le pont Morandi deux jours avant le désastre, des vacanciers filment une fissure clairement visible.

Sous les parties restantes du pont, plus de 600 personnes ont dû quitter leur appartement. Les bâtiments seront démolis pour des raisons de sécurité.

Vos commentaires