Vers une protection renforcée pour les victimes de viol en Irlande

Vers une protection renforcée pour les victimes de viol en Irlande
Charlie Flanagan, aujourd'hui ministre irlandais de la Justice, à Dublin le 2 novembre 2016Paulo Nunes dos Santos

Le ministre irlandais de la Justice, Charlie Flanagan, a décidé de revoir les mesures de protection légales pour les victimes d'agressions sexuelles et de viol, après les manifestations ayant entouré l'acquittement des internationaux de rugby irlandais, Paddy Jackson et Suart Olding.

Le verdict, mercredi à Belfast, a entraîné une série de rassemblements à Dublin, Belfast, Cork et Galway, pour dénoncer la campagne violente de dénigrement subie par la femme qui avait accusé les deux hommes de viol et dénoncer l'incapacité de la justice à la protéger.

Bien qu'elle ait témoigné cachée et son anonymat été garanti, le nom de la plaignante avait été rendu public. Son identité a été largement partagée sur les réseaux sociaux, entraînant une vague de commentaires haineux.

M. Flanagan a annoncé vouloir revoir le déroulement des procédures pour viol, dans le but d'offrir plus de protection aux plaignants en république d'Irlande, et décidé d'entamer des consultations avec des associations de victimes et des juristes.

Actuellement, les victimes de viol interviennent comme témoins et ne bénéficient pas de leur propre représentation légale.

Le ministre de la Justice s'est également engagé à mettre à jour l'enquête nationale au sujet des violences sexuelles, parue pour la dernière fois en 2002.

Le procès de Paddy Jackson, 26 ans, et Stuart Olding, 25 ans, s'était ouvert le 29 janvier. Ils étaient tous deux accusés d'avoir violé la même femme le 28 juin 2016 à Belfast, des accusations qu'ils ont niées.

Vos commentaires