En ce moment
 

Violences en 2017 au parlement de Macédoine: 30 inculpés, dont 5 députés

(Belga) Trente personnes, dont cinq députés macédoniens, ont été inculpées mardi pour leur participation en avril 2017 aux violences dans l'enceinte du parlement à l'occasion de l'élection de son président issu de la minorité albanaise, a-t-on appris de source judiciaire.

Une centaine de personnes, dont une vingtaine de policiers, avaient été blessées lors de ces violences, quand une centaine de nationalistes, dont certains encagoulés, avaient fait irruption dans le parlement pour protester contre l'élection de Talat Xhaferi, par la coalition des sociaux-démocrates (SDSM) de Zoran Zaev, actuel Premier ministre, et des partis de la minorité albanaise. Les suspects, dont les cinq élus du VMRO-DPMNE (droite nationaliste) et plusieurs hauts responsables du ministère de l'Intérieur, sont inculpés de "terrorisme" et d'"atteinte à l'ordre constitutionnel et à la sécurité", des actes passibles d'une peine maximale de 25 ans de prison. Selon Elizabeta Nedanovska, chargée de l'enquête au sein du bureau du procureur, l'un des accusés avait l'intention d'assassiner Zoran Zaev, à l'époque chef de l'opposition. "Lors de ces violences, l'un des accusés avait visé M. Zaev avec un pistolet, mais il n'a pas tiré parce que d'autres personnes se trouvaient devant lui", a-t-elle déclaré. Plusieurs sont accusés d'avoir "placé des engins explosifs dans deux bureaux" du parlement qu'ils n'avaient pas activés, selon le procureur de la République Ljubomir Joveski. La nouvelle majorité qui a élu Talat Xhaferi a été formée à l'issue des législatives anticipées de décembre 2016 et d'une longue impasse politique. Les Albanais représentent 20 à 25% de la population de ce pays de 2,1 millions d'habitants, majoritairement des Slaves orthodoxes. Zoran Zaev, blessé lui-même au cours de ces violences, a formé le nouveau gouvernement un mois plus tard. (Belga)

Vos commentaires