En ce moment
 
 

Volley: les Bleus s'en sortent sans Ngapeth contre l'Allemagne avant l'Euro

Volley: les Bleus s'en sortent sans Ngapeth contre l'Allemagne avant l'Euro
L'entraîneur des volleyeurs français Laurent Tillie en sénce photo à Paris le 10 avril 2019Martin BUREAU

Sans leur star Earvin Ngapeth, laissé sur le banc en raison d'une gêne aux côtes, les Bleus ont remporté leur dernier match de préparation à cinq jours du début de l'Euro, samedi à Paris contre l'Allemagne.

"J'espère surtout que la blessure d'Earvin, ce n'est pas grand-chose", a immédiatement glissé le capitaine des Bleus Benjamin Toniutti, après le succès arraché aux vice-champions d'Europe 2017, 3 sets à 2 dans le tie-break (15-12).

Prévu dans le six de départ tricolore, Earvin Ngapeth a ressenti une douleur sur sa première attaque à l'échauffement et le staff s'est passé de lui pour ne pas prendre de risque.

"On va voir. Au repos, au niveau des torsions je n'ai pas mal. C'est surtout au niveau de l'attaque, dès qu'il y avait le contact avec le ballon je sentais une petite gêne", a expliqué l'attaquant-réceptionneur de Kazan, qui doit passer des examens.

Sur le terrain, les Français ont idéalement débuté la rencontre sur une série de onze services de Julien Lyneel pour mener 12-1 et s'assurer le gain du premier set (25-20).

Devant au score dans la deuxième manche, les champions d'Europe 2015 ont subi la puissance phénoménale de Gyorgy Grozer au service en fin de set, cédé 31-29, et tout au long du troisième acte, perdu logiquement (25-20).

"On est moins physique que certaines nations et vous l'avez vu de vous-mêmes. Entre la puissance, la masse et la densité... Un bras d'un central ou d'un Grozer, c'est deux ou trois bras de Kevin Tillie ou de Benjamin Toniutti", a soufflé le sélectionneur Laurent Tillie après la rencontre.

Mais il a apprécié la combativité de ses joueurs qui n'ont rien lâché dans les quatrième (25-16) et cinquième set (15-12) pour s'imposer face à l'Allemagne, sans Grozer, laissé au repos pour les deux dernières manches.

Devant les 1.500 spectateurs de la salle Charpy, l'antre du Paris Volley, les Français ont eu un avant-goût de ce qui les attend à partir de jeudi à Montpellier (salle à 8.500 places), pour le début de cet Euro à domicile.

Ils commenceront contre la Roumanie, puis enchaîneront quatre autres rencontres de groupe face à la Grèce, au Portugal, à la Bulgarie et à l'Italie avant les huitièmes et les quarts de finale programmés à Nantes.

Vos commentaires