En ce moment
 
 

"Employé modèle, sans histoire": que sait-on de l'homme qui a tué 4 policiers à coups de couteau à Paris?

© RTL INFO + Image Belga

Quatre fonctionnaires tués au couteau, un suspect employé à la préfecture de police abattu par les forces de l'ordre et des motivations encore mystérieuses: ce que l'on sait de l'attaque perpétrée jeudi à l'intérieur du centre névralgique de la police parisienne.

L'homme, âgé de 45 ans et né à Fort-de-France, était un adjoint administratif (catégorie C), employé comme informaticien au sein du service technique de la DRPP. Il souffrait d'un handicap de surdité, selon des sources concordantes.

Il travaillait au sein de la PP depuis 2003, a précisé Christophe Castaner. C'était un "employé modèle, sans histoire", selon Yvan Assioma, secrétaire régional du syndicat de police Alliance.

Il s'était converti à l'islam il y a 18 mois, a précisé à l'AFP une source proche du dossier.

Une perquisition est toujours en cours à son domicile, un immeuble de cinq étages dans une petite résidence calme à Gonesse (Val-d'Oise), a constaté une journaliste de l'AFP.


La piste d'un conflit personnel

Dans son "parcours meurtrier" qui s'est déroulé "entre 12H30 et 13H", ce fonctionnaire de catégorie C, employé au service informatique au sein de la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), a tué à coups de couteau de cuisine une agent administratif et trois policiers.

L'assaillant, abattu dans la cour de la préfecture, travaillait à la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), ont indiqué des sources concordantes. Les enquêteurs explorent notamment la piste d'un conflit personnel, selon ces sources. L'agresseur travaillait au service informatique de la DRPP et souffrait d'un handicap. BFM TV rapporte qu'il était porteur d'un léger handicap de surdité. Toujours selon des informations de la chaîne française, il avait 45 ans et était originaire de Fort-de-France, en Martinique.


"Plus de 20 ans de maison"

Selon Loïc Travers, du syndicat de police Alliance, "l'auteur présumé a commencé les faits dans son bureau puis il est sorti pour continuer son agression, dans d'autres endroits que la préfecture". "Employé modèle, sans histoire", selon le syndicaliste interrogé sur BFMTV, l'agresseur avait "plus de 20 ans de maison".

Vos commentaires