Violences à Paris: la cagnotte de soutien à l'ex-boxeur dépasse les 117.000 euros... avant d'être fermée

Violences à Paris: la cagnotte de soutien à l'ex-boxeur dépasse les 117.000 euros... avant d'être fermée

Des milliers de Français ont participé à cette cagnotte en ligne, créée pour "soutenir la famille" de Christophe Dettinger "et lui montrer la solidarité du peuple des 'gilets jaunes'". Face à la polémique, ce mardi, la plateforme en ligne 'Leetchi' a fermé cette cagnotte de soutien à l'ex-boxeur accusé d'agression de gendarmes.

Leetchi, plateforme de collecte en ligne de dons, a annoncé mardi avoir clos la cagnotte de soutien à l'ancien boxeur Christophe Dettinger, soupçonné d'avoir agressé deux gendarmes à Paris lors de la manifestation samedi des "gilets jaunes". "Au vu du montant atteint à ce jour, la cagnotte n'accepte désormais plus de contributions", a annoncé Leetchi dans un communiqué sur son site internet, précisant s'engager "à ce que les fonds collectés (...) servent uniquement à financer les frais de justice".

"Soutien et respect à Christophe", "excellente initiative", "la France a besoin de gens comme lui". Les témoignages de soutien envers l'ancien boxeur professionnel Christophe Dettinger s'accumulent sur la page de la cagnotte en ligne "Leetchi" qui lui est destinée.

Leet

Ce mardi 8 janvier dans la matinée, elle récoltait déjà plus de 117.000 euros et comptabilisait un peu moins de 7.000 participations. Placé en garde à vue la veille, Christophe Dettinger est soupçonné d'avoir agressé deux CRS samedi 5 janvier à Paris lors de l'acte VIII des "gilets jaunes". L'ex-boxeur s'est d'ailleurs exprimé à ce sujet dans une vidéo diffusée sur Facebook et enregistrée avant qu'il ne se présente aux enquêteurs lundi matin. Le secrétaire d'État au Numérique, Mounir Mahjoubi, a vivement réagi à la création de cette cagnotte. "Apparemment, ça rapporte de frapper un policier. Quand l'attrait de l'argent vient s'ajouter à la haine et à la violence, je n'ai que du dégoût. Cette cagnotte est indigne !", a-t-il commenté.

Une vidéo d'explication dévoilée

"J'ai participé aux 8 actes (des "gilets jaunes", ndlr) sur Paris. J'ai vu la répression qu'il y a eue, j'ai vu la police nous gazer. J'ai vu plein de trucs. Moi je suis un citoyen normal (...) Je suis un "gilet jaune", j'ai la colère du peuple en moi", explique-t-il face caméra, avant de justifier son geste"À force de se faire taper, se faire taper, se faire taper... Eh bah ouais, je me suis fait gazer le dernier jour avec mon ami, ma femme, et à moment la colère est montée en moi, oui j'ai mal réagi, mais je me suis défendu", a-t-il poursuivi. Cette vidéo, publié par une femme se présentant comme la belle-soeur de Christophe Dettinger était accompagnée d'un lien vers cette cagnotte de soutien.

"Tous les week-ends, cet homme a défendu pacifiquement ses idées, celles des 'Gilets Jaunes' ", peut-on lire dans la description de celle-ci. "Concerné par l’avenir de son pays, il fait partie de cette France des oubliés qui ne cherche qu’à se faire entendre. Aujourd’hui, il a assumé ses actes mais risque de servir d'exemple. Par cette cagnotte, nous souhaitons soutenir sa famille et lui montrer la solidarité du peuple des 'Gilets Jaunes', du vrai peuple français", poursuit l'initiateur de cette cagnotte, Nicolas Alves.

Celui qui serait un ami de la famille rappelle que cette dernière est "la seule et l'unique" validée par la famille de l'ancien boxeur.

Vos commentaires