En ce moment
 
 

"Plus de 9 heures de combat acharné": les pompiers de Paris dévoilent leur intervention en images (vidéo)

Ravagée lundi par un incendie, apparemment accidentel, Notre-Dame de Paris a été défigurée mais ne s'est pas totalement effondrée, grâce à l'intervention des pompiers parvenus à maîtriser les flammes et sauver la structure de l'édifice, qu'Emmanuel Macron a promis de "rebâtir".

Les centaines de pompiers qui tentaient depuis plusieurs heures de maîtriser le violent incendie ravageant l'emblématique cathédrale Notre-Dame de Paris ont réussi à sauver la "structure" de l'édifice "dans sa globalité". Les précieuses reliques de la couronne d'épines et la tunique de Saint-Louis auraient aussi été sauvées.

"Il faut saluer le courage et la détermination des sapeurs-pompiers engagés parfois au péril de leur vie pour circonscrire cet incendie", a déclaré Laurent Nunez, secrétaire auprès du ministre de l'intérieur.

Sur le terrain trois équipes : une pour préserver les œuvres, une autre pour repérer les foyers, une dernière pour éteindre les flammes. A 3h30 le feu était maîtrisé. Une vraie prouesse, au vu de l’édifice.

Eric Labourdette, pompier belge et président du SLFP, salue le "très beau travail" des pompiers Paris, une équipe militaire, rappelle-t-il : "Ils ont été très prudents […] Ils ont très bien agi. Ils sont rentrés que très tardivement dans l'édifice et malgré ça ils ont sauvé la majorité des œuvres d'art."

"Après plus de 9 heures de combats acharnés, près de 400 pompiers de Paris sont venus à bout de l’effroyable l’incendie. 2 policiers et un sapeur-pompier ont été légèrement blessés", ont-ils écrit sur leur compte Twitter. Les pompiers de Paris ont partagé des images de leur déploiement sur les réseaux sociaux. A coups de lance à eau puissantes, juchés sur des bras articulés à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, les pompiers ont lutté. 

Pendant l’incendie, certains se sont demandés pourquoi les sapeurs-pompiers n’utilisaient pas de bombardiers d’eau comme les Canadairs. Une idée soutenue par un tweet de Donald Trump. L'idée fait sourire Eric Labourdette, qui nous a expliqués pourquoi c'était totalement impossible

Vos commentaires