En ce moment
 
 

Acte 44 des "Gilets jaunes": 1.800 manifestants à Nantes, des heurts avec la police

(Belga) Des "gilets jaunes" ont manifesté samedi dans toute la France, notamment à Nantes où ils avaient appelé à un rassemblement national, à l'occasion de leur "acte 44" marqué par des heurts avec les forces de l'ordre, des interpellations, des blessés et de nombreuses dégradations.

Quelque 1.800 personnes ont défilé à Nantes, selon la police, et dans l'après-midi ont éclaté des heurts qui ont fait plusieurs blessés. Les manifestants, dont très peu arboraient le gilet fluorescent, sont partis de l'ouest cossu de la ville pour rejoindre le centre, où la situation a dégénéré en milieu d'après-midi, donnant lieu à des jets de projectiles, auxquels la police a répondu par des grenades lacrymogènes. De nombreux commerces et abribus ont été dégradés, des poubelles et un transformateur incendiés. Au moins deux manifestants ont été blessés, a constaté l'AFP. A 18H00, trente personnes avaient été placées en garde à vue, selon la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), qui a fait état de quatre blessés chez les forces de l'ordre. Vingt-deux cocktails molotov et dix mortiers avaient été découverts avant le départ des manifestants, tandis qu'une centaine de parapluies et un extincteur ont été saisis, selon la police. Plusieurs groupes de "gilets jaunes" avaient appelé à un rassemblement national à Nantes pour relancer le mouvement, près d'un an après ses débuts, dans une ville marquée par la mort de Steve Maia Caniço. Cet animateur de 24 ans a disparu le soir de la Fête de la musique, après une intervention policière controversée. Son corps a été retrouvé cinq semaines plus tard dans la Loire. Environ 700 personnes, selon la police, ont manifesté à Nancy, point de rassemblement des "gilets jaunes" du Grand Est. Les manifestants ont crié "Macron démission", avant que des tensions n'éclatent en fin de parcours, les forces de l'ordre faisant usage de lacrymogènes et de grenades de désencerclement. A Paris, quelque 500 "gilets jaunes" ont défilé dans le calme entre la porte de Choisy et le boulevard de Grenelle, près de la Tour Eiffel, où ils se sont dispersés dans l'après-midi. A Lyon, quelque 400 manifestants se sont rassemblés place Bellecour. De brefs heurts ont éclaté et onze personnes ont été interpellées, selon la préfecture. A Toulouse, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans le centre aux cris de "Toulouse, Toulouse, soulève-toi". A Marseille, 200 personnes, dont une cinquantaine porteurs de la chasuble symbolique, ont défilé derrière une banderole appelant à la "suppression de l'IGPN, au service du blanchiment des polices". Le mouvement a également rassemblé 200 personnes à Montpellier et 300 à Bordeaux, selon la police. (Belga)

Vos commentaires