En ce moment
 
 

Affaire Dupont de Ligonnès: confondu avec l'homme le plus recherché de France, Guy Joao se demande qui a bien pu envoyer le message de dénonciation

Affaire Dupont de Ligonnès: confondu avec l'homme le plus recherché de France, Guy Joao se demande qui a bien pu envoyer le message de dénonciation
 
 

Il avait été arrêté à Glasgow le 11 octobre 2019. Un an après, il attend des excuses pour le tort qui lui a été causé.

Souvenez-vous, le 11 octobre 2019, un homme était arrêté à l'aéroport de Glasgow. Cet homme, c'est Guy Joao, un retraité français d'origine portugaise, âgé de 69 ans. Les enquêteurs écossais doutent de son identité. À ce moment-là, ils pensent qu'il pourrait s'agir de Xavier Dupont de Ligonnès, l'homme le plus recherché de France, suspecté d'avoir tué sa femme et ses quatre enfants à Nantes en avril 2011.

Face à ces accusations, Guy Joao clame son innocence et ne comprend pas les accusations. Les résultats ADN finissent par parler. Ses empreintes digitales ne correspondent pas à celle de Xavier Dupont de Ligonnès. Après avoir fait la Une de nombreux médias européens, l'homme est relâché. Un an après, il revient sur cette affaire dans une interview donnée à M6.

Je ne savais pas qui était cet homme

"Je ne sais toujours pas qui a envoyé ce message de dénonciation qui me faisait passer pour Xavier Dupont de Ligonnès, regrette celui qui a passé plusieurs heures en garde à vue. Je pense qu'on ne le saura jamais. Le pire, c'est qu'au moment de mon arrestation, je ne savais pas qui était cet homme", confie-t-il. Avant d'ajouter: "Je n'ai toujours reçu aucune excuse de la justice française et écossaise. J'attends toujours"

Le média indique que Guy Joao a déposé plainte contre la police écossaise pour sa garde à vue injustifiée. Aujourd'hui, il s'estime lésé et parle d'une "épreuve compliquée à vivre". "J'ai l'impression que c'est le combat du pot de fer contre le pot de terre. Les autorités françaises et écossaises se refilent la patate chaude. La moindre des choses, c'est que mon épouse et moi recevions un dédommagement financier", lâche-t-il. 




 

Vos commentaires