En ce moment
 
 

Affaire Estelle Mouzin: les fouilles sont terminées pour ce jeudi, la pelleteuse a creusé les premiers trous (photos)

 
Estelle Mouzin
 

Monique Olivier a-t-elle livré la clé de l'énigme criminelle Estelle Mouzin ? Depuis mardi, militaires et gendarmes sont de retour à Issancourt-et-Rumel, aiguillés par des déclarations inédites de Monique Olivier, l'ex-femme du tueur en série Michel Fourniret.

Les gendarmes ont entamé mardi une nouvelle série de fouilles à Issancourt-et-Rumel, dans les Ardennes, pour tenter de retrouver le corps d'Estelle Mouzin, dont le tueur en série Michel Fourniret a avoué le meurtre.

Nos envoyés spéciaux Mathieu Langer et Alain Hougardy ont suivi jeudi cette troisième journée de fouilles. Les recherches se sont poursuives dans un périmètre dessiné grâce à des informations précieuses sur l'endroit où aurait été enterrée Estelle Mouzin en 2003 et qui aurait été communiquées par Monique Olivier lors de dizaines d'interrogatoires la semaine passée. 

La pelleteuse est arrivée sous escorte

Ce mercredi, un radar spécial a été utilisé par les enquêteurs. Celui-ci permet de vérifier si la terre a été retournée en certains endroits. À la suite des résultats donnés par ce géo radar, une zone de fouille a été déterminée. A 13h30, la pelleteuse est arrivée sur les lieux dans le but de ratisser ce périmètre. Peu avant 18h, les travaux de fouilles étaient suspendus. Aucun détail n'a filtré quant aux résultats, mais notre journaliste a pris quelques images des lieux de la fouille: 


 

 

Ces énièmes recherches ont été ordonnées après l'audition jeudi dernier en situation, dans les locaux de la gendarmerie de Charleville-Mézières, de Monique Olivier par la juge d'instruction Sabine Kheris.

Monique Olivier a reconnu un rôle dans la séquestration d'Estelle Mouzin

Lors de cet interrogatoire, l'ancienne complice de "l'Ogre des Ardennes" a reconnu pour la première fois un rôle dans la séquestration d'Estelle Mouzin, enlevée il y a dix-huit ans à Guermantes en Seine-et-Marne. Et elle a indiqué ce nouveau lieu où "Michel Fourniret lui aurait même demandé de venir le chercher en voiture" après avoir enseveli le corps de la fillette, selon son avocat Richard Delgenes.

Monique Olivier avait jusqu'ici reconnu être au courant du meurtre d'Estelle et avoir fourni un alibi à son mari, mais cette fois "elle confirme qu'elle l'a vue et qu'elle était là au moment du transport du corps", complète Didier Seban, l'avocat de la famille de l'enfant.

Ces détails inédits, obtenus "grâce à la relation de confiance établie avec la juge", ouvrent la voie à un nouveau rebondissement dans l'enquête, qui se heurte à la mémoire chancelante et à la santé fragile de Michel Fourniret. A 78 ans, le tueur en série est hospitalisé depuis novembre.

Agée de 72 ans, son ex-femme, rencontrée par petite annonce il y a trois décennies et avec qui il avait scellé un pacte criminel, est en revanche en parfaite santé et s'affirme au fil des mois comme une pièce maîtresse du puzzle.

 




 

Vos commentaires