En ce moment
 

Allemagne: Angela Merkel rajeunit son gouvernement et l'ouvre aux contestataires

(Belga) La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé dimanche soir vouloir rajeunir et féminiser son futur gouvernement en Allemagne mais aussi l'ouvrir aux contestataires de l'aile droite de son parti conservateur qui critiquent sa ligne politique centriste. Mme Merkel a ainsi décidé de faire une place à son principal opposant en interne à la CDU, Jens Spahn, qui sera en charge de la Santé.

A la veille d'un congrès de son mouvement démocrate-chrétien (CDU) à Berlin, Mme Merkel a confirmé ses intentions, éventées samedi dans les médias allemands, sur le choix des futurs ministres conservateurs dans le prochain gouvernement. Elle a parlé lors d'une conférence de presse d'une équipe "plus jeune et plus féminine". A condition que le parti social-démocrate approuve définitivement le gouvernement de coalition début mars. Sur les six ministres CDU prévus, trois seront des femmes - en plus de la chancelière. Avec en particulier Ursula von der Leyen, appelée à conserver le portefeuille de la Défense, malgré les controverses récurrentes sur le mauvais état de l'armée allemande, et Julia Klöckner, qui, à 45 ans, va devenir ministre de l'Agriculture. Dans l'équipe, "je suis actuellement la seule qui a dépassé 60 ans", a ajouté la chancelière de 63 ans à propos du rajeunissement. "Avec cette équipe nous pourrons nous attaquer aux problèmes du futur", a-t-elle assuré. Peter Altmaier, son fidèle lieutenant, sera lui ministre de l'Economie et de l'Energie. Surtout, Angela Merkel a décidé de faire une place à son principal opposant en interne à la CDU, Jens Spahn, qui sera en charge de la Santé. A 37 ans, il est le chef de file de l'aile droite du mouvement. Il critique ouvertement le cap de la chancelière sur l'immigration en particulier, après l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile dans le pays, et réclame un virage conservateur face à la poussée de l'extrême droite. Jens Spahn aime à afficher sa proximité idéologique et générationnelle avec le jeune chancelier conservateur autrichien Sebastian Kurz, qui gouverne avec l'extrême droite dans son pays. En le promouvant au rang de ministre, Angela Merkel tient compte du mécontentement d'une partie de ses troupes qui demande du renouvellement. "Dans la mesure où notre parti est pluriel, les personnes choisies (pour le gouvernement) reflètent certainement leur positionnement au sein du parti", a souligné la chancelière. Elle a toutefois adressé une mise en garde voilée à Jens Spahn sur la discipline gouvernementale qu'elle attend. "Que des gens puissent émettre des critiques, et M. Spahn n'est pas le seul à le faire, je l'accepte", a-t-elle dit. Avant d'ajouter que l'essentiel devait être de "faire bouger les choses dans la bonne direction" pour le pays. (Belga)

Vos commentaires