Antidopage: l'AFLD se dote d'un comité des sportifs

Antidopage: l'AFLD se dote d'un comité des sportifs
L'entrée du département des analyses de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFDL) à Châtenay-Malabry, le 27 juin 2008JOEL SAGET
sport

L'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) s'est dotée jeudi d'un comité des sportifs, un organe consultatif destiné à porter leur voix dans l'antidopage et à faire de la prévention.

Ce comité sera co-présidé par l'escrimeuse Astrid Guyart et l'ancien archer Romain Girouille, qui fait déjà partie du collège de l'AFLD.

Lors des voeux de l'AFLD, dans un grand hôtel parisien, Astrid Guyart a mis l'accent sur la "protection des jeunes sportifs qui sont parfois vulnérables face à toutes ces procédures".

"Je m'en suis aperçue par moi-même, j'ai eu à mon actif, c'est pas glorieux, deux no-show (des manquements aux obligations de localisation), alors que je suis organisée, j'ai fait des études d'ingénieur en même temps que du sport de haut niveau", a-t-elle raconté.

"La problématique, ce ne sont pas forcément les athlètes de très haut niveau, qui sont à l'Insep, mais plus les athlètes qui pratiquent le haut niveau en étant isolés des structures" et pour qui "c'est difficile de savoir si un médicament est dopant ou non", a poursuivi Romain Girouille.

Ce comité sera aussi composé de Daniel Narcisse (handball), Samir Aït Said (gymnastique), Gévrise Emane (judo), Sandra Laoura (ski acrobatique), Nathalie Péchalat (patinage artistique), David Smetanine (paranatation), Nantenin Keïta (athlète handisport)

"Ce comité sera consulté afin d'améliorer nos procédures" et permettra de "replacer les sportifs au centre de l'antidopage", s'est félicitée la présidente de l'AFLD, Dominique Laurent.

La création de comités des sportifs au sein des organisations antidopage est une mesure prônée par l'Agence mondiale antidopage (AMA).

Vos commentaires