Après deux ans de pause, la marine française retrouve son porte-avions

C'est la dernière étape pour la marine française avant de récupérer pleinement l'usage de son navire-amiral après presque deux ans de révision. En Méditerranée, le porte-avion Charles de Gaulle et son groupe aéronaval s'entraînent une dernière fois avant de repartir en mission.

Entre Corse et métropole, les Rafale Marine appontent les uns après les autres, idéalement en attrapant de leur crosse Aphrodite, le plus prestigieux des trois câbles d'arrêt qui barrent la piste.

C'est celui du milieu, baptisé du nom de la déesse grecque de l'amour. Le premier, le plus proche du bord, s'appelle Athéna, car il faut un tempérament guerrier pour l'accrocher. Et le dernier, celui qu'on ne doit rater à aucun prix, est Andromède, qui échappa de peu à la mort.

Juste derrière le seul porte-avions français, la frégate espagnole Cristobal Colon s'entraîne à le coller au plus près, pour le protéger sans gêner les appontages. Plus loin évoluent les autres navires du groupe, dont un américain et deux italiens, et, sous les flots, un sous-marin d'attaque.

L'exercice Fanal qui s'étale jusqu'au 15 février marque la fin de la période de l'arrêt technique majeur (ATM), qui a permis de moderniser en profondeur le bateau, des systèmes aériens aux cuisines, en passant par le combustible nucléaire, même si son aspect extérieur a très peu évolué.

"Nous sommes au seuil de retrouver toute notre capacité opérationnelle, prêts à repartir en mission", résume l'amiral Olivier Lebas à la tête du groupe aéronaval (GAN), ensemble de bâtiments, d'avions, hélicoptères, gravitant autour du Charles de Gaulle, à la recherche des "synergies" maximales.

De jour comme de nuit, les catapultages, exercices de simulation, manœuvres, s'enchaînent sans discontinuer.

Sur le Charles de Gaulle, ruche d'acier bourdonnante d'activité de 42.000 tonnes, tout l'équipage peaufine sa partition, des opérateurs de catapulte dans leur bocal au ras du pont, aux hommes et femmes sur la piste en chasuble colorées et aux noms parfois évocateurs, comme le "chien jaune" qui guide les avions.

- "Ça fait du bien" -

"On était un peu orphelins, ça fait du bien", se réjouit dans un large sourire le capitaine de frégate Christophe Charpentier, commandant du groupe aérien, parfois interrompu par le vrombissement des Rafale.

Parmi les nouveautés, "le miroir d'appontage", installé sur le flanc bâbord, qui guide les pilotes dans leur approche, "un apport majeur qui garantit une meilleure sécurité".

Ce sentiment de réappropriation est partagé. "Quand on a remis en œuvre les catapultes, et qu'on a ensuite récupéré les premiers avions, c'était quelque chose !", se remémore le lieutenant Marie. Conformément à la consigne, elle n'est identifiée que par son prénom. Chef de quart sur la passerelle de navigation par cet après-midi ensoleillé, elle est aussi à la tête de l'équipe de cybersécurité du navire.

Un volet crucial, mis à jour avec l'ATM. "On a de plus en plus en plus de systèmes de sécurité. On a énormément d'automates qu'il faut protéger au maximum" de toute tentative de piratage, prise de contrôle, espionnage etc. Son équipe est passée de deux à sept personnes en moins de deux ans.

"On s'est considérablement renforcé en cybersécurité" abonde le capitaine de frégate Olivier à la tête du centre opérationnel, ensemble de salles aveugles surchargées d'écrans dans les entrailles du navire où sont centralisées toutes les informations tactiques, permettant notamment de guider les Rafale en mission.

La révision "permet de tirer la pleine mesure du Rafale. Il était en avance sur nous, il fallait qu'on se mette à niveau" de cet avion star de l'arsenal français, résume le Capitaine Olivier.

- Retour dans le jeu -

Avec le retour du Charles de Gaulle, "c'est un élément majeur pour le pouvoir politique qui revient en jeu", se réjouit sur la passerelle le "pacha", le capitaine de vaisseau Marc Antoine de Saint Germain, dans un contexte de tension et de militarisation croissante des mers, à cause notamment des ambitions de Pékin.

C'est dans ce panorama lourd que le groupe aéronaval partira dès le mois de mars pour sa première mission dans l'océan Indien, non loin de ces côtes asiatiques qui seront un des grands théâtres de tensions maritimes des prochaines années.

Vos commentaires